En Espagne, un match arrêté après des chants traitant un joueur de nazi

Ce n'est pas la première fois que le joueur fait face à de telles accusations.

Vous vous souvenez peut-être de Roman Zozulya, qui avait notamment participé à la victoire de l'Ukraine en barrage face à la France en 2013. En 2017, l'avant-centre devait rejoindre le Rayo Vallecano, prêté par le Bétis Séville. Mais les supporters avaient fait faire au club marche arrière, accusant le joueur de liens avec des groupes néonazis ukrainiens. Zozulya avait alors rejoint Albacete Balompié. 

Et ce week-end, en 2e division espagnole, le Rayo recevait... Albacete. Et donc Roman Zozulya. Celui-ci a de nouveau été la cible des supporters du Rayo, qui l'ont traité de nazi au travers de chants et de banderoles. Apparemment touché, l'Ukrainien n'est pas revenu sur la pelouse après la mi-temps, tout comme ses coéquipiers, solidaires. Le match a donc été suspendu.

Publicité

Dans la foulée, le président de la Ligue espagnole, Javier Tebas, a eu une sortie plus que déplacée à ce sujet, faisant une analogie déconcertante entre les nazis... et les homosexuels. 

Publicité

"Le Rayo ne veut pas de joueurs nazis, et si demain une autre équipe ne veut pas de joueurs homosexuels ?"

Par Lucie Bacon, publié le 16/12/2019

Pour vous :