Les joueurs de Saint-Gratien célèbrent après leur qualification face à Montpellier. (Photo by Lucas BARIOULET / AFP)

Jimmy Modeste, l'adjoint de Noisy-le-Grand qui a battu Ajaccio, est aussi l'adjoint de l'ESSG qui a battu Montpellier

Il a vécu un week-end de Coupe de France formidable.

Samedi matin, Jimmy Modeste était certainement loin de se douter qu'il allait vivre un week-end inoubliable. L'ancien international cap-verdien de 37 ans a pourtant vécu, samedi et dimanche, les qualifications des deux clubs où il est coach adjoint, à chaque fois contre des équipes qui évoluent dans des divisions supérieures. Le Parisien a recueilli ses émotions à l'issue d'un week-end pas comme les autres. 

Les joueurs de Saint-Gratien célèbrent après leur qualification face à Montpellier. (Photo by Lucas BARIOULET / AFP)

Publicité

Samedi, c'est d'abord l'Entente Sannois Saint-Gratien (qui évolue en National) qui a créé l'exploit face à l'actuel 4e de L1, Montpellier. Puis dimanche, c'est Noisy-le-Grand (Régional 1, soit la 6e division) qui a à son tour fait parler de lui en battant le Gazélec Ajaccio (Ligue 2). Le bonheur absolu pour le coach adjoint :

"Jamais je n’aurais imaginé vivre ce que j’ai vécu lors de ces deux jours, c’est magnifique (...) Noisy-le-Grand est un club 100 % amateur, tout le monde travaille à côté, c’est la première fois qu’ils vivent une telle aventure, et ça s’est d’ailleurs senti dans l’approche du match. A l’Entente, la semaine a été plus tranquille alors qu’à Noisy-le-Grand, il y a eu une grande effervescence. (...) Mais on s’était entraîné dur dès le 28 décembre, beaucoup ont fait une croix sur leurs vacances et je sentais qu’il y avait un truc à faire contre le Gazélec."

Désormais, Jimmy Modeste espère juste que les deux clubs ne se croiseront pas en seizièmes de finale, "pour moi, ce serait trop compliqué à gérer", a-t-il confié, toujours au Parisien. Et on le comprend... 

Publicité

Publicité

Par Lucie Bacon, publié le 07/01/2019

Copié

Pour vous :