Le grand n'importe quoi des réseaux sociaux, spécial finale de Coupe de France

La fin d'une époque.

Samedi soir, Rennes avait rendez-vous avec l'histoire. 48 ans après leur dernier trophée, les Rennais avaient l'occasion d'écrire une nouvelle page de leur palmarès en affrontant le PSG en finale de la Coupe du France. 

Malheureusement, tout commence mal pour les hommes de Julien Stéphan. Les Parisiens récitent leur football et mènent rapidement 2-0 grâce à des buts de Dani Alves et de Neymar. Néanmoins, les Rennais ne baissent pas les bras et reviennent dans le match avant la pause en profitant d'un coup de pouce du destin. À la réception d'un centre venu de la droite, Kimpembe tente de dévier le ballon... mais marque contre son camp. 

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

Le suspense est totalement relancé, et la seconde période tient ses promesses. Et sur un corner tiré par Grenier, Mexer place une tête rageuse et égalise pour les Rennais. 

La fête est totale, et les Bretons tiennent leur remontada. Direction la prolongation, durant laquelle Mbappé touche d'abord le poteau... avant d'être expulsé pour une semelle sur le tibia de Damien Da Silva.  

Les deux équipes n'arrivent pas à se départager : direction les tirs au but. Et à ce petit jeu, les gardiens ne sont pas inspirés à l'image Alphonse Areola, pris à contre-pied sur chaque tentative rennaise. 

Après un sans-faute pour les deux équipes, Nkunku se présente comme sixième tireur parisien. Le titi parisien s'élance... et envoie sa tentative dans les tribunes du Stade de France. 

Vous l'aurez compris : Rennes réalise un petit exploit et remporte cette Coupe de France. 

Et impossible de finir ce grand n'importe quoi sans rendre hommage au gardien rennais, Thomas Koubek, et son sprint légendaire après le raté de Nkunku. L'image de la soirée. 

Par Julien Choquet, publié le 29/04/2019

Copié

Pour vous :