A spectator holds a rainbow flag during the opening ceremony of the 2018 Gay Games edition at the Jean Bouin Stadium in Paris on August 4, 2018. – French capital, Paris, hosts the Gay Games from August 4 to 12, 2018, bringing together participants from around the world for a week of sport and culture in a carnival atmosphere. Paris will welcome more than 10,000 participants from 90 countries around the world, including some where homosexuality is illegal or repressed. (Photo by Lucas Barioulet / AFP)

Au Brésil, les fans lançant des insultes homophobes feront perdre 3 points à leur équipe

"Une victoire dans la lutte contre l'homophobie dans le football."

C'est une décision qui devrait faire date dans l'histoire du foot brésilien, mais également dans la défense des droits des LGBT. Cette semaine, la Cour suprême brésilienne de la justice du sport a annoncé que les insultes homophobes seraient sévèrement punies dans les stades : les clubs des fans sanctionnés perdront désormais 3 points en cas de délit. En cas de récidive, la peine sera doublée. 

Publicité

"Une victoire dans la lutte contre l'homophobie dans le football : les clubs peuvent être punis en perdant des points au classement en cas de cris homophobes de la part des supporters. C'est un début dans la lutte contre la normalisation de la discrimination des LGBT dans les stades !"

Publicité

Voici un extrait de la recommandation de la cour suprême, rapportée par UOL

"À partir de cette date (le 19 août), les arbitres et les délégués indiqueront sur la feuille de match les manifestations ou insultes des supporters ou des joueurs faisant référence à l'orientation sexuelle."

Cette nouvelle recommandation a été rendue publique après la pression mise par la FIFA mais aussi par la Cour Suprême : en effet, depuis juin dernier, l'homophobie est criminalisée au Brésil. Selon l’ONG Grupo Gay da Bahia, au Brésil, en 2017, ont eu lieu 387 meurtres et 58 suicides dus à la "homotransphobie", soit la discrimination envers les homosexuels ou les transsexuels.

Publicité

Par Lucie Bacon, publié le 23/08/2019

Copié

Pour vous :