Mais pourquoi Lukaku est-il autant décrié ?

Ce mercredi, la Belgique joue un match décisif face à la Suède dans l'optique d'obtenir la deuxième place du groupe E. Pour cela, elle pourra compter sur un Lukaku plus que jamais motivé malgré les critiques. 

Avec Hazard et De Bruyne, Lukaku fait partie de la génération dorée de la Belgique. Du haut de son mètre 90, il est la pointe titulaire des Diables Rouges devant Origi et Batshuayi dans la hiérarchie des attaquants. Mais à l'image d'Olivier Giroud en France, Lukaku ne passe pas à travers des critiques des fans et des médias.

Un jeune joueur considéré (à tort) comme un taulier

Tout le monde pense que Lukaku n'est plus un jeune espoir, qu'il a eu le temps de prouver depuis son arrivée en Premier League en 2011. Sauf que lorsqu'il débarque à Chelsea à l'époque, il n'a que 18 ans. Aujourd'hui âgé de 23 ans, Lukaku a bien grandi et reste l'une des valeurs sûres lorsqu'on parle des bons attaquants du Royaume. 18 buts cette saison, 10 l'an dernier, et 15 lors de sa première saison à Everton : le bilan est correct, même s'il n'est pas exceptionnel.

Publicité

Surtout, Lukaku a encore l'avenir devant lui même si son éclosion précoce a placé énormément d'attentes en lui. À 16 ans et 11 jours il dispute son premier match professionnel à Anderlecht, avant d'être transféré en Premier League trois ans plus tard. Un statut de crack difficile à assumer à son âge, lui qui cristallise les critiques aujourd'hui. Une fin de saison compliquée (11 matches consécutifs sans marquer en club et sélection avant l'Euro) et un premier match très difficile contre l'Italie font de lui la tête de Turc de la Belgique.

Publicité

Publicité

Sauf que beaucoup d'attaquants se sont cassés les dents sur la BBC (Bonucci, Barzagli, Chiellini). Pardonnons Lukaku, surtout lorsque l'on voit son deuxième match...

La rédemption face à l'Irlande

Ah oui, là tout de suite les bouches ont plus de mal à s'ouvrir. Face à l'Irlande, il inscrit un doublé et devient le premier joueur belge de l'histoire à réaliser cette performance à l'Euro. Une performance qui fait également de lui le premier Belge à marquer dans un Euro depuis le 10 juin 2000. Bon d'accord, ça c'est une stat' en bois parce que les Diables Rouges n'avaient plus participé à l'Euro depuis cette date, mais quand même.

Publicité

Tout comme Pogba face à la Suisse, on a senti sur ce match un Lukaku revanchard envers les critiques. Après une première période difficile, il a du mal à retenir son émotion après avoir célébré son premier but avec son frère Jordan, lui aussi membre de la sélection belge. La pression se relâche.

Certains nous diront "mais c'était que l'Irlande en face, vous enflammez pas !" Certes. Mais un certain Zlatan Ibrahimovic n'a pas existé face aux terribles Irlandais pas exemple. Lukaku lui, a assumé et a permis à son équipe de se lancer dans la compétition. Une bonne manière de faire taire - pour le moment - certaines critiques.

Un avenir tout tracé

Face à la Suède ce soir, Lukaku a l'occasion de rejoindre Morata et Bale en tête du classement des buteurs de cet Euro. Rien que ça. C'est également pour lui une nouvelle chance de poursuivre sa route vers les sommets. En effet, avec 15 buts depuis ses débuts sous le maillot belge, il peut plus que prétendre rejoindre Paul Van Himst et Bernard Voorhoof, tous deux meilleurs buteurs de l'histoire de la sélection belge (30 buts). Avec environ 10 ans de carrière devant lui, on se doute qu'il les dépassera aisément.

Et comment remettre en cause son statut de titulaire à la pointe de l'attaque ? Si Batshuayi a fait une saison très correcte avec l'OM, il ne possède que très peu d'expérience en grandes compétitions (seulement 5 apparitions avec la Belgique) alors qu'Origi a joué par intermittence avec Liverpool cette saison. Respectons un peu Lukaku, et laissons lui encore du temps pour prouver. C'est sûrement tout ce qu'il demande.

Par Julien Choquet, publié le 22/06/2016

Copié

Pour vous :