Flashback #1 : l'Euro 2012

Si l'UEFA Euro 2016 est encore loin, ce n'est pas une raison pour ne pas commencer à s'imprégner de l'événement. Chez Happiness FC, on a décidé de faire un tour dans le passé et de se replonger dans les dernières éditions. Aujourd'hui : l'Euro 2012. 

En 2012, le PSG n'écrase pas encore la Ligue 1 et se fait coiffer le titre de champion de France par le Montpellier d'Olivier Giroud. Drogba et Chelsea remportent la Ligue des Champions et l'Espagne remet son titre en jeu lors de l'Euro 2012 organisé en Ukraine et en Pologne.

Un titre que la Roja va remporter en n'encaissant qu'un seul but dans la compétition, et en écrasant l'Italie en finale (4-0). Retour sur les faits marquants de cet Euro 2012.

Publicité

Le joueur :

Publicité

Le choix a été assez évident. Si Andrés Iniesta n'a marqué aucun but et n'a délivré qu'une seule passe décisive, il est le moteur de cette Espagne double championne d'Europe. Une influence hors norme qui lui permet d'être logiquement élu meilleur joueur de la compétition par l'UEFA. Football total.

Le but :

Ne nous en voulez pas, on a pas eu le choix. Buteur face à la France en match de poule, Zlatan Ibrahimovic n'a une nouvelle fois pas fait les choses à moitié et a fait mal à notre belle équipe de France. Un ciseau retourné à l'entrée de la surface qui permet à la Suède de mener 2-0 et qui empêche les Bleus de prendre la première place du groupe...

Publicité

Pour le plaisir, on vous propose aussi une petite compilation des dix plus beaux buts de cet Euro. Mention spéciale à Mario Balotelli, Andrea Pirlo mais aussi à Danny Welbeck qui aurait pu prendre la place du plus beau but à Zlatan.

Publicité

La célébration :

Incontestablement, la meilleure célébration de l'Euro 2012 est décernée à Mario Balotelli. Après son boulet de canon face à l'Allemagne, l'attaquant italien enlève son maillot et se la joue musclor pour impressionner la galerie. Déjà un classique.

Une célébration qui est restée dans les mémoires et qui a donné lieu à de nombreux détournements sur le web par la suite. Internet...

L'hymne :

S'il y a bien une chose que personne n'a retenu de cet Euro 2012, c'est bien l'hymne de la compétition. C'est une chanteuse germanique, Oceana, qui a été choisie pour interpréter le titre "Endless Summer". On se demande encore comment la vidéo officielle a pu être visionnée plus de 70 millions de fois sur Youtube...

Le public :

À l'inverse de l'hymne, on a encore en tête les chants du public irlandais. Présente pour la première fois depuis 1988 dans une phase finale d'un Euro, l'Irlande n'a pas réussi l'exploit de sortir d'une poule compliquée avec l'Espagne et l'Italie. Mais qu'importe le résultat, le public du Trèfle n'a jamais cessé d'encourager son équipe.


.

Alors que leur équipe est menée 4-0 par l'Espagne, les supporters irlandais vont lancer le fameux "The Fields of Athenry" et faire vibrer le stade de Gdansk. Un vrai beau moment de cet Euro qui a notamment marqué le sélectionneur espagnol, Vicente Del Bosque : "Le public irlandais nous a donné l'exemple de ce qu'est faire honneur au football. Ils n'ont pas cessé d'encourager leur équipe." Classssssse.

La mascotte :

Ici, il convient plutôt de dire "les" mascottes. Slavek et Slavko de leurs prénoms ne sont pas des petites mascottes toutes mignonnes mais des armoires à glace tout droit sorties de la salle de gym. Les deux jumeaux n'ont pas eu un succès fou et c'est compréhensible : quand on les voit, on n'a pas vraiment envie de leur faire un gros câlin...

Mascottes

Un peu flippant quand même (Source : Flickr)

Par Julien Choquet, publié le 28/08/2015

Copié

Pour vous :