Le drôle de règlement imposé aux joueurs de Majorque

Pour bien commencer une saison et remobiliser ses troupes avant le combat du championnat, rien de mieux, d'après le Real Majorque, qu'une liste des choses à ne plus faire à laquelle les joueurs devront se plier.

Apparemment, les dirigeants du Real Majorque en ont eu un peu marre des écarts de leurs joueurs. Le quotidien espagnol AS rapporte que les dirigeants ibériques ont donc réfléchi à un livre de règles de bonne conduite destiné aux joueurs du club. Ce règlement a pour objectif de remettre quelques directives à l'ordre du jour au sein de l'équipe première.

Publicité

Parmi les décisions prises par le club, certaines sont très sérieuses, comme le nouveau couvre-feu obligeant les joueurs à être au lit à 23h. Le reste des règles à respecter démotiveront tous les joueurs au caractère excentrique de l'effectif puisqu'ils ne pourront plus, par exemple, porter de coupes de cheveux dites "extravagantes". Ce qui réduit malheureusement le nombre de recrues potentielles. Ils n'auront également plus la possibilité de porter des piercings ou des colliers comme bon leur semble. Seront également proscrites les bouteilles de boissons énergisantes au bord du terrain.

A Mallorque, toute coupe de cheveux "extravagante" est désormais interdite (Gérard Cerles/AFP)

À Majorque, toute "extravagance" capillaire est désormais interdite (Gérard Cerles/AFP)

Les dirigeants de Majorque sont même allés plus loin en revenant aux fondamentaux sanitaires. Désormais, ce qui devait être naturel est devenu obligatoire : les joueurs auront l'ordre de se doucher après matches et entraînements. Il leur sera également interdit de voler le matériel du club. À commencer par le papier toilette, rapporte AS. Ca devait certainement arriver tous les jours... 

Publicité

Selon les dirigeants du club, ce nouveau règlement a été rédigé pour la bonne cause. L'objectif : une remontée en Liga. Une remontée qui démarre plutôt mal après la défaite de Majorque, 2-0 chez les Madrilènes d'Alcoron ce week-end.

Par Léo Ciabrini, publié le 24/08/2015

Copié

Pour vous :