Rony Lopes – Official Twitter

Qu'est-ce qui cloche pour le LOSC ?

Auteur d'un début de saison calamiteux traduit par une actuelle 17e place, le LOSC est déjà au plus mal. Et ce pour plusieurs raisons.  

Le LOSC commence la saison 2016/2017 sur les mêmes bases que l'ère Hervé Renard : avec des mauvaises performances. Après une victoire, un nul et trois défaites, l'effet Frédéric Antonetti semble s'être estompé complètement. Et on ne parle pas de l'élimination en Ligue Europa face à Qäbälä.

Lorsque le coach corse reprend l'équipe en novembre 2015, Lille occupe la 17e place au classement. Sous sa coupe, les Lillois se montrent solides et terminent à la 5e place qualificative pour la Ligue Europa. Ils accèdent même à la finale de la Coupe de la Ligue face au PSG (1-2). Si on est loin d'un jeu offensif spectaculaire (vraiment loin), Antonetti a le mérite de redresser une équipe qui termine finalement deuxième meilleure défense derrière le PSG. Une solidité qui semble avoir totalement disparue aujourd'hui.

Publicité

La solidité de la défense aux oubliettes

Publicité

L'an dernier, le LOSC n'encaisse "que" 27 buts en 38 matches de Ligue 1. Dans ce début d'exercice 2016/2017, le chiffre se porte déjà à 9 en seulement 5 journées. La charnière Marko Basa/Renato Civelli est loin de sa solidité habituelle. Le départ de Djibril Sidibé, important aussi bien offensivement que défensivement, fait très mal à l'arrière-garde des Dogues. La recrue Julian Palmieri et l'historique Franck Béria se partagent le poste de latéral gauche, mais il est difficile de faire oublier le néo-Monégasque. Enfin Vincent Enyeama a fini de marcher sur l'eau et de multiplier les parades exceptionnelles. Le Nigérian est revenu à un niveau "normal", et cela se voit en ce début de saison.

Julian Palmieri - Official Twitter

Julian Palmieri - Official Twitter

"Que des six dans ma team"

Quand on observe le milieu de terrain lillois, il est difficile de comprendre ses soucis derrière : avec trois milieux à vocation défensive contre Lorient le week-end dernier (Rio Mavuba, Ibrahim Amadou et Younousse Sankharé), on voit mal comment le bloc lillois a pu céder si facilement. Mais sur le plan offensif, ce trio explique pleinement les difficultés de l'équipe pour marquer.

Publicité

Rio Mavuba est loin de son niveau d'antan, et ne joue que pour pallier l'absence de Mounir Obbadi, seul véritable taulier du milieu. Antonetti a bien essayé de placer Morgan Amalfitano plus bas dans son 4-3-3, mais c'est un échec. Lorsque c'est le 4-2-3-1 qui était de sortie, c'est Yassine Benzia qui occupait le rôle de meneur de jeu... Sans un milieu construit pour soutenir les joueurs offensifs, on voit mal comment le LOSC peut remédier à ses problèmes.

Rio Mavuba - Official Facebook

Rio Mavuba - Official Facebook

Une attaque sans idées

La bonne forme de la saison dernière pouvait s'expliquer à travers deux facteurs : les performances de Sofiane Boufal et l'arrivée d'Eder. Le premier est parti à Southampton, et le deuxième cité est loin de ses performances de la saison dernière, aussi bien en Ligue 1 (6 buts et 4 passes en 13 matches) que lors de la finale de l'Euro... Rony Lopes semblait s'imposer comme un leader d'attaque, mais depuis son doublé contre Metz lors de la première journée, c'est le néant, comme pour le reste de l'attaque : Palmieri, Béria et Sankharé sont les autres buteurs lillois dans ce début de saison...

Publicité

Mounir Obbadi & Morgan Amalfitano - Official Twitter

Mounir Obbadi & Morgan Amalfitano - Twitter LOSC

Que dire des autres joueurs offensifs : Ryan Mendes est encore très limité techniquement, Morgan Amalfitano est fidèle à lui-même, Éric Bauthéac s'impose comme un flop, et Nicolas de Préville doit encore s'intégrer à son nouveau club. Le tableau est donc bien obscur pour le LOSC.

Alors, quels sont les motifs d'espoir pour les supporters des Dogues ? On peut estimer que le retour de Mounir Obbadi fera grand bien au milieu lillois, et qu'il apportera une touche de relance bienvenue. Si Nicolas de Préville retrouve son niveau qui était le sien à Reims, la différence sera évidente sur le front de l'attaque. Quant à Rony Lopes, il a tout le potentiel pour reprendre la place laissée vacante par Sofiane Boufal. Enfin Eder devra se réveiller et digérer son but en finale de l'Euro.

Nicolas de Préville - Twitter LOSC

Nicolas de Préville - Twitter LOSC

Pour voir des potentiels progrès, rendez-vous ce mardi à 19h pour le compte de la 6ème journée face à Toulouse.

Par Wallid Addigue, publié le 20/09/2016

Copié

Pour vous :