Paris Saint-Germain’s French forward Hatem Ben Arfa (R) runs in front of Paris Saint-Germain’s Spanish head coach Unai Emery (C) during the French L1 football match between Paris Saint-Germain and Saint-Etienne at the Parc des Princes stadium in Paris on September 9, 2016. / AFP PHOTO / FRANCK FIFE

PSG vs. Arsenal : pourquoi personne n'est sûr de rien ?

En ce début de saison, le PSG et son entraîneur tâtonnent alors que l'équipe manque encore de tranchant et de réussite. Peu rassurant avant leur entrée en jeu en Ligue des Champions. Mais en face, Arsenal n'est pas non plus au mieux. Place au match de toutes les interrogations. 

Avant un match, quand vous demandez autour de vous qui va gagner, les réponses sont rarement les mêmes. Mais essayez aujourd'hui, avant le match du PSG face à Arsenal : ça n'a jamais été autant le cas. Alors pourquoi est-on bien incapables d'envisager le spectacle que l'on s'apprête à savourer ?

Parce qu'on a jamais été, depuis quelques années, aussi circonspects devant les dernières performances du club parisien. Il a perdu son leader, Zlatan Ibrahimovic ; Marco Verratti, le maestro du milieu de terrain, revient progressivement de blessure ; Thiago Silva n'a pas encore joué une seule minute.

Publicité

Le mercato de Paris laisse de nombreux observateurs songeurs : pas d'attaquant de classe mondiale, des recrues laissées les premiers matches sur le banc, un Hatem Ben Arfa pas encore tout à fait en forme (ou trop en formes) dont l'arrivée n'était pas dans les plans de l'entraîneur, qui le rappelle régulièrement en interview.

Paris Saint-Germain's French forward Hatem Ben Arfa (R) runs in front of Paris Saint-Germain's Spanish head coach Unai Emery (C) during the French L1 football match between Paris Saint-Germain and Saint-Etienne at the Parc des Princes stadium in Paris on September 9, 2016. / AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Unai Emery et Hatem Ben Arfa, vendredi dernier au Parc (Photo AFP / FRANCK FIFE)

Justement, les choix d'Emery sont aussi sujets de nombres de commentaires (et pas forcément positifs). Les observateurs ont remis en question son expérience à son arrivée dans le championnat de France (bah oui, après tout, il n'a gagné QUE trois Ligue Europa avec Séville) : mais est-il capable de performer en Ligue des Champions ? Emery connaît peu son groupe, peu ses joueurs, qu'il ne voit évoluer que depuis deux mois et qui ont perdu eux aussi leurs repères.

Publicité

Finalement, Paris n'est tout simplement pas prêt pour ce qui est son premier gros test de la saison et surtout ce qui sera déjà un match décisif pour le classement dans sa poule de C1. Car il s'agit peut-être déjà de la finale aller de ce groupe A...

Arsenal, démarrage diesel

En face, tout n'est pas rose non plus chez les Gunners. Le club londonien n'a pas été à la hauteur de son statut de pensionnaire du Big Four et surtout des attentes de ses supporters sur le marché des transferts cet été. En effet, Arsenal n'a principalement recruté que Mustafi en défense, Granit Xhaka au milieu et Lucas Pérez devant.

Les deux effectifs parisien et londonien semblent avoir le même problème : il manque des tueurs en attaque. On sait que Cavani en est capable, il suffit de regarder ses stats à Naples et espérer le voir revenir à ce top niveau. Mais pour l'instant, il est seul, et pas en réussite. Côté londonien, le recrutement de Lucas Pérez ne suffit pas, et Wenger a décidé en ce début de saison, en Premier League, de se passer des services d'Olivier Giroud relégué sur le banc mais qui devrait être titulaire ce soir.

Publicité

Publicité

Alors que le PSG reste sur une défaite sur le rocher monégasque et un nul contre Sainté pour la millième au Parc des Princes, Arsenal semble lui monter en puissance après des débuts poussifs mais deux victoires, contre Watford et Southampton certes, mais deux victoires quand même. Côté confiance, avantage Arsenal.

Finalement, les deux effectifs se valent mais tous deux se cherchent encore. Deux équipes en rodage s'affronteront ce soir au cœur de la capitale pour leur entrée en jeu en Ligue des Champions. Deux équipes qui ont beaucoup à prouver.

Par Lucie Bacon, publié le 13/09/2016

Copié

Pour vous :