Marianne Mako, première femme journaliste de Téléfoot, est décédée

C’était une pionnière du journalisme de sport et un exemple pour ses consœurs. 

"La Pionnière de la féminisation du journalisme sportif en France est partie" : Sébastien Barniaud, journaliste à TF1, a été le premier à annoncer son décès et à lui rendre hommage sur Twitter. 

Publicité

Marianne Mako, la première femme journaliste de Téléfoot, est décédée à 54 ans des suites d’une longue maladie, a confirmé L’Équipe peu de temps après. 

Publicité

C’est en 1987 qu’elle a rejoint l’émission dominicale de la Une avant de se faire licencier 10 ans plus tard. Son genre semblait déranger certains de ses confrères comme Thierry Roland qui n'avait pas caché, dans son livre de mémoires Tout à fait Thierry, ne pas vouloir être entouré de femmes pour exercer ce métier de journaliste de sport car "elles n'avaient pas de poils aux pattes".

Après son licenciement, Marianne Mako avait quitté le monde des médias pour travailler dans la communication. 

Publicité

Cité par L'Équipe, Didier Roustan, qui l'avait engagée sur TF1 après l'avoir rencontrée au Parc des Princes, se souvient ému des qualités de la journaliste : 

"Sa mort me touche beaucoup même si on s'était perdus de vue. On avait une relation assez poussée dans le sens où j'étais son patron. On parlait foot mais pas seulement... Je la sentais passionnée. Je lui ai appris ce métier de la télé. J'avais un devoir de responsabilité envers elle. Ce n'était pas bien vu par certains qu'une femme parle football. Elle n'a pas été épargnée. Mais Marianne était toujours agréable, positive, gentille. Jamais à critiquer les confrères."

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnalités ainsi que des téléspectateurs émus de sa disparition lui ont rendu hommage : 

Publicité

Par Lucie Bacon, publié le 01/10/2018

Copié

Pour vous :