La marque AMS fait des maillots pour les petites nations africaines. (AMS)

L'histoire d'un étudiant australien devenu créateur de maillots des petites nations africaines

C'est une histoire qui se déroule entre l'Australie et l'Afrique, et dont le dénominateur commun est l'amour du foot et des maillots. Une histoire qui a poussé un jeune étudiant, Luke Westcott, à devenir l'équipementier principal de petites nations africaines telles que Djibouti, l'Erythrée ou le Sud-Soudan. Autant d'équipes que nous n'avons pas l'habitude de voir lors des tournois internationaux.

L'équipe nationale de Djibouti avec des maillots AMS. - AMS

L'équipe nationale de Djibouti avec des maillots AMS. - AMS

La culture de chaque pays est respectée

Dans un long portrait consacré à Westcott sur le site The Set Pieces, on apprend que tout a commencé lorsque le collectionneur de maillots qu'il était a reçu des demandes pour savoir où trouver des tuniques d'équipes africaines :

Publicité

"Je n'arrêtais pas de recevoir des messages de clients me demandant des maillots d'équipes nationales obscures - principalement d'Afrique et que je ne connaissais pas."

Les maillots de la Sierra Leone sont le best-seller de la marque. - AMS

Les maillots de la Sierra Leone sont le best-seller de la marque. - AMS

C'est ce qui lui a donné une idée toute simple : créer sa propre marque pour "fournir ces équipes lui-même et ainsi satisfaire ce large marché de collectionneurs". Et c'est comme ça qu'en 2014 est né AMS. Avec sa marque, le jeune entrepreneur, aujourd'hui âgé de 23 ans, veut créer des maillots qui correspondent à la culture des différents pays :

Publicité

"On veut créer des designs qui seront populaires chez les fans de chaque pays. On peut ajouter des figures ou des symboles qui représentent la culture d'un pays. Dans certains cas, on essaie directement d'avoir un retour des joueurs eux-mêmes, et c'est important pour nous qu'ils soient fiers de porter leur maillot."

Résultat : les ensembles de la marque AMS ont souvent des couleurs flashy, qui détonnent avec ceux des équipes traditionnelles, sans pour autant être de mauvais goût. Bien au contraire.

Par Abdallah Soidri, publié le 01/06/2017

Copié

Pour vous :