Cristiano Ronaldo raconte son enfance et sa paternité dans un long message publié par The Players' Tribune

The Players' Tribune est un média formidable qui a la particularité de laisser la parole, longuement et en détails, aux sportifs. Le mois dernier, la Brésilienne Marta y écrivait une lettre à la jeune fille qu'elle était à 14 ans, lui conseillant de foncer et de croire en ses rêves et convictions. 

Cette semaine, The Players' Tribune donne la parole à Cristiano Ronaldo, qui s'exprime sur son enfance, comment elle a influencé le joueur qu'il était, et la façon dont sa carrière et ses sentiments ont été transformés par l'arrivée de son fils. 

4 times in the row

Une publication partagée par Cristiano Ronaldo (@cristiano) le

Publicité

Il commence par raconter combien son père était impliqué dans sa réussite et le jour où, alors qu'il ne s'y attendait pas, sa mère et ses sœurs sont enfin venues assister à un de ses matches, à Madère. 

Publicité

"Mais à chaque fois, je regardais la ligne de touche avant chaque match et je voyais mon père se tenir là, seul. Plus tard, un jour - je n'oublierai jamais cette image - je m'échauffais et je regardais au loin, et j'ai vu ma mère et mes sœurs assises ensemble sur les gradins. Elles semblaient ... Comment puis-je dire cela ? Elles avaient l'air à l'aise. Elles étaient blotties les unes contre les autres, et elles n'applaudissaient pas et ne criaient pas, elles me faisaient juste signe, comme si j'étais dans un défilé ou quelque chose du genre. Elles avaient vraiment l'air de n'avoir jamais assisté à un match de football de leur vie. Mais elles étaient là. C'est tout ce qui m'importait.

Je me sentais si bien à ce moment. Ça signifiait beaucoup pour moi. C'était comme si quelque chose s'était passé en moi. J'étais vraiment fier. À cette époque, nous n'avions pas beaucoup d'argent. La vie était très dure à l'époque à Madère. Je jouais dans toutes les vieilles chaussures que mon frère ou mes cousins me donnaient. Mais quand vous êtes un enfant, vous ne vous souciez pas de l'argent. Vous vous souciez d'un certain sentiment. Et ce jour-là, ce sentiment était très fort. Je me sentais protégé et aimé. En portugais, on dit menino querido da família (garçon chéri de la famille, ndt)"

Plus loin, Cristiano Ronaldo raconte son évolution dans le football, son arrivée à Manchester, club où il avait toujours voulu jouer, puis à Madrid, ville où il a eu son fils et où sa carrière a alors pris un nouveau visage selon lui : 

"Au cours des huit dernières années, j'ai réalisé des choses incroyables à Madrid. Mais pour être honnête, gagner des trophées plus tard dans ma carrière est devenu une autre sorte d'émotion. Surtout ces deux dernières années. À Madrid, si vous ne gagnez pas tout, d'autres personnes considèrent qu'il s'agit d'un échec. C'est l'attente de la grandeur. C'est mon travail.

Mais quand vous êtes père, c'est un sentiment complètement différent. Un sentiment que je ne peux pas décrire. C'est pourquoi ma vie à Madrid a été spéciale. J'ai été footballeur, oui, mais aussi père. 

Il y a un moment avec mon fils dont je me souviendrai toujours. (...)

C'était ce moment, sur le terrain, après avoir remporté la dernière finale de Champions League à Cardiff. Nous avions écrit l'histoire ce soir-là. Quand j'étais sur le terrain après le coup de sifflet final, il me semblait que j'avais envoyé un message au monde. Mais alors, mon fils est venu sur le terrain pour célébrer avec moi... et c'était comme un claquement de doigts. Tout à coup, toute l'émotion a changé. Il courait avec le fils de Marcelo. Nous avons tenu le trophée ensemble. Ensuite, nous avons marché autour du terrain, main dans la main.

Publicité

I think Cris loves them more than I do! Chapter 5: available now on nike.com/CR7 #Mercurial @nikefootball

Une publication partagée par Cristiano Ronaldo (@cristiano) le

Publicité

C'est une joie que je n'ai pas comprise jusqu'à ce que je devienne père. Il y a tellement d'émotions qui se produisent simultanément que vous ne pouvez pas décrire ce sentiment en un mot. La seule chose avec laquelle je peux comparer, c'est le sentiment que j'avais quand je m'échauffais à Madère et que ma mère et mes sœurs étaient réunies dans les tribunes.

Quand nous sommes retournés au Bernabeu pour célébrer (cette victoire), Cristiano Jr. et Marcelito ont joué sur le terrain devant tous les supporters. C'était une scène très différente de ce que je vivais quand je jouais dans les rues à son âge, mais j'espère que le sentiment de mon fils est le même que le mien alors. Menino querido da família."

Par Lucie Bacon, publié le 03/10/2017

Copié

Pour vous :