Vidéo : dans les coulisses du tifo de l'OM déployé il y a un an jour pour jour

Le 5 avril 2015, tous les yeux du football français étaient rivés sur les tribunes du nouveau Vélodrome qui déployaient un tifo incroyable pour la réception du PSG. L'instigateur du mouvement dévoile l'envers du décor. 

Matthieu Franceschi est l'ex porte-parole des South Winners, une des associations de supporters de l'Olympique de Marseille. La saison dernière, il a passé des semaines à imaginer, dessiner et concevoir l'énorme tifo déployé sur trois tribunes au Vélodrome lors de la réception du Paris Saint-Germain.

Publicité

Pour le site Football Club de Marseille, ce passionné a raconté l'incroyable histoire derrière ce moment qui a en tout et pour tout duré 1min30. Beaucoup de facteurs devaient être réunis afin que son plan fonctionne : un match qui en valait la peine, un stade plein, une collaboration quasi-inédite entre les différentes associations de supporters... mais surtout, le club devait selon lui le mériter :

La base d’un tel projet, est la réponse à la question :"L’Olympique de Marseille, des dirigeants aux joueurs, mérite-t-il un tel tifo ?". Là encore, en début de saison, difficile de pouvoir juger ce facteur. Mais un homme va réussir à rendre ce rêve réalisable en transformant des joueurs pourtant médiocres la saison précédente : Marcelo Bielsa.

Rendre hommage à son coach unique, voilà ce qui a notamment motivé Matthieu Franceschi pour passer à l'acte. Pendant des semaines, il dessine un plan gigantesque, logo après logo, couleur après couleur, siège par siège.

Publicité

Je ne compte pas les heures à essayer de retranscrire au mieux le graphisme choisi sur les sièges du Stade Vélodrome en tenant compte des spécificités de chaque tribune, les bouches d’escaliers, les travées non occupées ou le balcon de Ganay. Une fois cette étape terminée, il faut compter afin de commander les feuilles de papier nécessaires. Des heures de concentration et de patience, au calme, isolé, dans sa bulle, pour ne pas commettre l’erreur fatale.

Photo : Football Club de Marseille

Photo : Football Club de Marseille

Un travail de titan. Après évidemment avoir réussi à convaincre toutes les associations de collaborer le jour J. Puis ce jour J, tant attendu arrive. L'installation commence la veille du match : "Le travail est minutieux. (...) Une centaine de supporters ont travaillé pendant huit heures pour placer les feuilles sur les 22 400 sièges et recouvrir les différentes bouches d’escaliers ainsi que la largeur du balcon de Ganay afin que le graphisme final ne soit pas coupé." Puis le dimanche, les supporters peaufinent l'habillage du stade, rien n'est laissé au hasard, jusqu'au dernier moment. "Tout est prêt dans les temps et la réussite du tifo dépend maintenant du sérieux des milliers de supporters."  

Publicité

Faut-il vraiment douter de la bonne volonté des milliers de passionnés ? Évidemment, connaissant la ferveur du peuple marseillais l'an dernier, non. Alors le moment qu'à la fois redoute et attend Matthieu Franceschi arrive : l'entrée des joueurs sur la pelouse.

Positionné au coeur de la tribune Jean Bouin, j’ai les jambes tremblantes, le coeur qui bat intensément. Je me repasse toutes les difficultés rencontrées pour arriver à cette instant rêvé, aux incalculables heures de travail de tous ces supporters passionnés. J’ai peur, peur d’avoir fait une erreur dans mes plans, peur que les feuilles soient mal positionnées, peur que tous les supporters présents ne soient pas disciplinés et ne respectent pas les consignes.

21h. Le "Jump". Le tifo s’illumine en une fraction de seconde. Une synchronisation parfaite. Une clameur assourdissante s’élève, le spectacle est exceptionnel. Le temps s’arrête. Je craque, les larmes aux yeux. Le tifo va rester visible 1 minute et 30 secondes, une éternité. Certains vont me prendre pour un fou, mais l’émotion que j’ai ressentie, certainement car je suis un des acteurs principaux de ce tifo, est l’une des plus fortes que j’ai vécues au Stade Vélodrome.

Publicité

Et quand on revoit ces images de Canal, on comprend mieux l'émotion de Matthieu Franceschi. C'était il y a seulement un an jour pour jour, et depuis Marcelo est parti.

Pour lire l'histoire complète du tifo, rendez-vous ici.

Par Lucie Bacon, publié le 05/04/2016

Copié

Pour vous :