À lire : l'énorme enquête sur les ultras de France de cinq étudiants en journalisme

La présentation de Neymar au Parc des Princes, au début du mois face à Amiens, les a remis sur le devant de la scène. Les ultras parisiens, qui ont refait pour une partie leur retour en tribune Auteuil, peuvent souffler. Leurs relations avec les dirigeants du PSG sont bien moins fraîches que par le passé, mais elles illustrent bien le malaise qui entoure beaucoup d'ultras français.

Ces rapports avec les différents acteurs du football, eux s'y sont beaucoup intéressés. Cinq étudiants de journalisme à l'EPJT (École publique de journalisme de Tours) ont publié ce mois-ci un long format, fruit de plusieurs mois de travail et de recherche, sur les ultras de l'Hexagone. "Il nous a fallu beaucoup d'étapes, confie Christophe Magat, l'un des cinq étudiants à l'origine du projet. Prendre contact avec eux s'imposait, et c'est la partie la plus compliquée, parce que le réseau ultra est très difficile à pénétrer et à interroger. Et puisqu'on n'a jamais caché que nous étions journalistes, cela rendait les choses beaucoup plus compliquées, car auprès des ultras, être journaliste est mal vu."

Mais grâce à leur volonté, les cinq amis ont pu entrer dans les coulisses de plusieurs groupes ultras du championnat français, comme les Ultramarines de Bordeaux ou le CUP du Paris Saint-Germain. Et en ne se limitant pas uniquement aux simples interviews de supporters, comme des sociologues ou des journalistes, le quintette a visé large concernant les informations recueillies. Comme le meilleur moyen de comprendre le rapport qu'ont les ultras avec leur ville.

Publicité

Mais tout n'a pas été facile pour Christophe, Thibaut, Antonin, Simon et Robin. Comme ils s'y attendaient, beaucoup de groupes de supporters n'ont pas répondu positivement à leurs demandes et les étudiants se sont heurtés à plusieurs refus. "Mais une fois qu'on réussit à acquérir leur confiance, tout devient facile, poursuit Christophe. Par exemple, un de nous a réussi à avoir le capo du PSG. Plus tard, ce dernier a appelé les ultras de Saint-Etienne ou de Lyon - je ne sais plus - pour leur dire 'C'est bon, vous pouvez travailler avec eux, ils sont clean'. Ce sont des gens méfiants, qui n'ont pas forcément besoin de communiquer". En conséquence, le projet se retrouve agrémenté de belles interviews d'anciens joueurs, comme Patrice Loko, Julien Sablé ou Marc Libbra, dont les anecdotes à propos du regretté Patrice De Peretti, plus connu sous le nom de Depé, véritable légende à Marseille et décédé en 2000, situe parfaitement la passion de certains ultras. 

Publicité

Un seul lien pour lire le long format complet sur les ultras français : ici, et nulle part ailleurs.

Par Sacha Dahan, publié le 31/08/2017

Copié

Pour vous :