KAZAN, RUSSIA – JUNE 16: (L-R) Antoine Griezmann, Paul Pogba and Kylian Mbappe of France line up prior to the 2018 FIFA World Cup Russia group C match between France and Australia at Kazan Arena on June 16, 2018 in Kazan, Russia. (Photo by Laurence Griffiths/Getty Images)

Selon une étude, à l'Euro 2016, les équipes qui chantaient leur hymne avec passion sont allées plus loin dans la compétition

Certains voient dans les yeux de leurs joueurs, dans le couloir qui mène vers la pelouse, s'ils sont dans leur match avant même le début de la rencontre. D'autres étudient le comportement des joueurs pendant les hymnes. 

Tout ce que chacun peut faire dans son canap' est devenu l'objet d'une étude très sérieuse réalisée par des chercheurs des universités du Staffordshire (Royaume-Uni) et du Queensland (Australie), publiée dans la revue European Journal of Sport Science et relayée notamment par Futura Sciences.

#FiersdetreBleus #FRAUSA

Une publication partagée par Equipe de France de Football (@equipedefrance) le

Publicité

Ces scientifiques ont étudié les moments des hymnes des 51 matches de l'Euro 2016, en comparant les comportements verbaux mais aussi non-verbaux des joueurs, c'est-à-dire leur façon de chanter l'hymne mais aussi leurs expressions à ce moment. Ils en sont arrivés à la conclusion suivante : les équipes qui chantaient leur hymne avec passion concédaient moins de buts, et, lors de la phase finale, gagnaient plus de matches.

Publicité

Matthew Slater, un des chercheurs, a raconté dans le détail quelques exemples ici

"La Suisse et l'Espagne étaient deux pays qui chantaient avec un faible niveau de passion. Aucun d'entre eux ne s'est qualifié pour les quarts de finale. En revanche, le Pays de Galles et l'Italie ont été deux des pays qui ont chanté avec le plus de passion. L'Italie a atteint les quarts de finale et le Pays de Galles s'est qualifié pour les demi-finales. Les vainqueurs, le Portugal, ont également montré beaucoup de passion avant leurs matches.

Slater en vient donc à la conclusion suivante : 

Publicité

"Nous pensons que l'interprétation de l'hymne national d'une équipe de football donne un aperçu de son niveau de cohésion. Les chants passionnés témoignent d'un sens de l'unité d'équipe qui dit profondément 'nous sommes prêts à nous battre, à nous surpasser, pour notre équipe' (et plus largement 'pour notre nation')."

Si l'envie et la passion des joueurs avant-match prédisent leur résultat, on pourrait alors imaginer la causerie que devrait tenir Didier Deschamps jeudi, avant la rencontre contre le Pérou... 

Publicité

... mais toujours selon Matthew Slater, c'est en fait plus compliqué que ça : 

"Lors de la dernière Coupe du monde au Brésil en 2014, il a été raconté que le coach anglais Roy Hodgson avait donné l'ordre à ses joueurs de chanter l'hymne national. Cependant, ce n'est peut-être pas la meilleure stratégie. Le message ici est que ce sont les interprétations passionnelles qui comptent, la force de la connexion et l'enthousiasme du groupe.

Si les joueurs sont véritablement passionnés parce qu'ils s'identifient fortement à leur nation et à leur équipe, cela augmentera probablement l'effort collectif et la performance - mais si les joueurs ne montrent de la passion que parce qu'ils ont reçu l'ordre de le faire, ça ne va pas marcher."

En conclusion, chanter c'est bien, y croire, c'est encore mieux. Allez les Bleus, on compte sur vous. 

Par Lucie Bacon, publié le 19/06/2018

Copié

Pour vous :