À quoi ressemblerait le PSG si Neymar quittait le club ?

La vie sans Neymar.

L’histoire entre le PSG et Neymar pourrait prendre fin cet été, après deux saisons de vie commune. La rumeur d’un départ du Brésilien enfle depuis quelques jours, bien que rien d’officiel ne permette d’affirmer que l’attaquant posera ses valises ailleurs qu’à Paris après les vacances.

Mais la probabilité de voir la star parisienne faire le bonheur d’une autre équipe n’a jamais été aussi forte. Et si cela arrivait, de grands changements seraient à prévoir au sein du club, et pas seulement sur le plan sportif. Pour vous donner une idée, voici un petit aperçu du Paris sans Neymar.

Publicité

Kylian Mbappé devient la superstar du club

Publicité

En cas de départ de Neymar, les clés de l’attaque et de l’équipe reviendraient au joueur le plus talentueux de l’effectif, Kylian Mbappé. Déjà cette saison, le natif de Bondy avait porté sur ses épaules le PSG en l’absence du Brésilien, avec des buts à la pelle et un titre de meilleur buteur de Ligue 1 qui ne souffre aucune contestation.

Publicité

Au-delà de l’aspect sportif, Kylian Mbappé prendrait une dimension encore plus grande que celle qu’il a aujourd’hui. Aujourd’hui, Neymar est la superstar du club, talonné de très près par le Français. Mais le départ du premier propulserait le second comme la seule et unique vedette du PSG. Logique.

Une nouvelle politique de recrutement

Un joueur du calibre de Neymar, ça ne court pas les rues. Pour le remplacer, il va falloir que les dirigeants parisiens fassent preuve d’intelligence et de flair. Plutôt que d’opter pour un simple remplacement numérique, la solution qui s’offre à eux est de miser sur l’avenir en acquérant des joueurs de talents et à fort potentiel.

Publicité

L’épopée de l’Ajax en Ligue des champions a prouvé qu’une politique basée sur la jeunesse et la formation pouvait être performante au plus haut niveau. D’autant plus si ces jeunes talents sont encadrés par des joueurs d’expérience comme Di Maria, Thiago Silva ou Verratti.

Plus de blessure en février-mars pour la Ligue des champions

En deux saisons au PSG, Neymar a manqué trois des quatre matches des huitièmes de finale de Ligue des champions, soldés à chaque fois par deux éliminations, respectivement contre le Real Madrid et Manchester United. Des absences pour les matches les plus importants de la saison dont la cause est à chaque fois la même : une fracture du cinquième métatarsien. Sans son leader technique, le PSG n’a pas la même allure sur la scène européenne.

Bien évidemment, Kylian Mbappé n’est pas à l’abri d’une blessure en février-mars, mais il faudrait un sacré concours de circonstances pour que ça arrive deux saisons de suite. Car on imagine mal l’entraîneur parisien risquer d’aligner sa pépite à quelques jours d’un match crucial en coupe d’Europe, et ainsi le perdre sur blessure au plus mauvais moment.

Fini les problèmes sur le tireur de pénalty…

La première saison de Neymar au PSG a été marquée par l’affaire du pénalty. En novembre 2017, lors d’un match face à l’OL, le Brésilien et Cavani ont eu une prise de bec pour savoir qui tirera le pénalty. Cette petite passe d’armes entre les deux attaquants – et qui arrive très souvent dans tous les clubs du monde – a eu des répercussions énormes, tant sur le plan médiatique qu’auprès des supporters.

Le départ du Brésilien viendrait clarifier la situation, d’autant plus qu’on prête à Mbappé l’envie d’être le tireur numéro un de pénalty la saison prochaine. Un problème en moins à gérer.

… et les fêtes d’anniversaire

Logiquement, les soirées d’anniversaire grandioses de Neymar dans la capitale s’arrêteront une fois le joueur parti. Et c’est bien dommage, car le 5 février, jour de la naissance du Brésilien, était devenu un rendez-vous important pour le groupe parisien.

Une soirée lors de laquelle tous les joueurs de l’effectif étaient présents avec un seul but : célébrer l’anniversaire d’un des leurs. Une sorte de team building à la sauce footeux et tape à l’œil, mais ô combien importante pour resserrer les liens dans un effectif aussi hétéroclite que celui du PSG.

Par Abdallah Soidri, publié le 21/06/2019

Copié

Pour vous :