On a vu "Ronaldo", le film sur CR7

Le 1er décembre prochain sortira en France Ronaldo, le film sur la superstar portugaise, comme son nom l'indique. Nous avons eu la chance de le découvrir en avant-première, pour notre plus grand bonheur (ou pas.) 

"Gagner. C’est la seule chose importante pour moi, c’est aussi simple que ça." Voilà les premiers mots que l'on entend dans le film sur CR7 réalisé par Anthony Wonke, modestement nommé Ronaldo. Une phrase qui résume bien un film autour de l'envie de grandeur de Ronaldo, la volonté de tout conquérir, d'écraser la concurrence.

Pendant 14 mois, une équipe de tournage a suivi le Madrilène : des terrains à son domicile, de la relation avec son fils à celle avec son agent. Un scénario bien ficelé où l'on voit les moments clés de la carrière de CR7, de ses débuts avec le Sporting à l'échec du mondial brésilien, en passant par la decima remportée avec le Real et les Ballons d'Or si chers au coeur du Portugais. Problème : tout semble trop beau, trop scénarisé, trop faux.

Publicité

Ronaldo : père modèle, homme parfait

Il est bien là le problème de ce film. Ronaldo est le père idéal, le fils parfait, le joueur que chaque agent rêverait de représenter. Jamais il ne dérape, ne fait un faux-pas : tout semble trop idéal, comme si chacun avait un rôle bien défini dans un scénario qu'il appliquait à la lettre. Du coup, le film-docu sonne faux, et c'est bien dommage.

Une scène illustre bien cette idée. Après un clasico remporté par le Real Madrid, Ronaldo organise un petit dîner avec son frère, son agent et des amis. Chacun a un mot pour décrire le Portugais, l'encenser, rappeler quel grand joueur mais surtout quel grand homme il est. Son agent Jorge Mendes, ultra-présent dans le film, lui rend un vibrant hommage salué par le frère de Ronaldo qui crie même à "l'Oscar". Belle performance scénique.

Publicité

Dans son rôle de papa poule, là aussi Ronaldo excelle, toujours au petit soin pour son fils au point d'en faire un "mini-CR7". Les scènes sont attachantes, mignonnes mais encore une fois rien ne semble vraiment naturel. Néanmoins, tout n'est pas à jeter dans ce film.

CR7 et mini-CR7 (Instagram)

CR7 et mini-CR7 (Instagram)

Au coeur du vestiaire... ou presque

Si l'on peut regretter que les scènes traitant de son enfance soient assez rares, celles liées au football sont nombreuses. Des images de Cristiano Ronaldo marquant ses plus beaux buts ou effectuant ses plus beaux gestes sont utilisées en plans de coupe, ou pour accompagner la voix off. Toujours un plaisir à voir.

Publicité

Le film nous offre aussi une petite immersion au sein du vestiaire portugais pendant le mondial brésilien. Un mondial catastrophe pour les Portugais, éliminés dès les phases de poules, et on peut donc notamment voir la gifle infligée par l'Allemagne (4-0) dès le premier match. Petite déception : aucune scène au sein du vestiaire du Real, sûrement pour des raisons de droits. Pas un mot de son entraîneur, de ses coéquipiers : on reste dans le cercle familial. Et c'est bien dommage.

Ce film ne rentrera clairement pas dans les annales des films autour du football, c'est une certitude. Les fans de Ronaldo y trouveront leur bonheur, les amoureux du football le regarderont sûrement pour tuer le temps. Les autres, vous pouvez passer votre chemin. Contentez-vous d'un best-of de ses plus beaux buts et de sa biographie sur Wikipedia : un bon résumé de ce long métrage d'une heure et demie.

Par Julien Choquet, publié le 10/11/2015

Copié

Pour vous :