Dans un reportage, le Guardian explique comment le foot peut unir le Mexique et les États-Unis

Après la polémique créée par Donald Trump concernant la construction d'un grand mur anti-immigration à la frontière mexicano-américaine, les équipes du Guardian ont tenu à critiquer cette idée à travers un reportage autour du football au Mexique.

L'objectif : démontrer que les Américains eux ont aussi parfois besoin de franchir la frontière. Pour ce faire, les journalistes du Guardian ont rencontré plusieurs acteurs du football, dont Omar Gonzalez, ancien joueur des LA Galaxy, aujourd'hui à Pachuca pour "le bien de sa carrière."

L'exemple de cet international rejoint le cas de nombreux footballeurs américains, qui très jeunes ont décidé de rejoindre des clubs mexicains, "les opportunités étant plus nombreuses qu'aux États-Unis". Tout simplement.

Publicité

L'idée est encore plus intéressante pour le cas du Club Tijuana, situé près de la frontière américaine. Connu pour "avoir créé une connexion mexicano-américaine" à travers son recrutement, il lie à merveille les deux cultures. Paul Arriola, joueur de Tjiuana, dresse d'ailleurs un tableau idéal de la situation : "Vivre aux États-Unis et jouer au Mexique me permet d'obtenir le meilleur de chaque monde." 

Ce reportage, qui mêle sport et société de la plus belle des façons, est conclu par Jared Borgetti, légende du football mexicain (89 sélections) : "Il faut trouver un terrain d'entente, et que certains comprennent que les deux pays ont besoin l'un de l'autre. Ils ont besoin de nous autant que nous avons besoin d'eux."

Publicité

Par Julien Choquet, publié le 28/02/2017

Copié

Pour vous :