Lyon’s French forward Alexandre Lacazette celebrates at the end of the French L1 football match Olympique Lyonnais (OL) vs Paris Saint-Germain (PSG) on February 28, 2016, at the New Stadium in Decines-Charpieu, central-eastern France. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD / AFP PHOTO / JEFF PACHOUD

Mais en fait, c'est quoi le problème avec Lacazette et les pénos ?

Samedi face à Bastia, Lacazette a inscrit son 10e but en 8 matches cette saison. Une nouvelle réalisation sur pénalty, qui a ravivé les débats sur les réseaux. 

Depuis plusieurs années, Lacazette empile les buts mais n'est pas pour autant épargné par les critiques. Quand il ne marque pas, il est décrit comme un bon attaquant de Ligue 1, incapable néanmoins d'évoluer au très haut niveau. Quand il plante, ce sont les critiques sur l'importance des penalties dans son bilan qui sont de sortie. Un bashing injustifié, la preuve.

Des statistiques dans la normale

C'est devenu la mode sur Twitter : dès que Lacazette marque un pénalty, les vannes sont lâchées. Loin de nous l'idée de critiquer ces Twittos, chacun est libre de vanner qui il veut (et certains tweets nous font marrer, pour être très honnêtes avec vous). Néanmoins, on a pris le parti de défendre ce pauvre Alexandre, qui mérite mieux que ça à nos yeux.

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

Si cette saison Lacazette a inscrit la moitié de ses buts sur pénalty (5), le ratio est bien différent si on prend l'ensemble de sa carrière. 102 buts, 17 pénos, soit 15,6% de ses buts. C'est par exemple bien loin des 17,6% de Zlatan en carrière (proche des 20% au PSG), ou des 17,8% de Cristiano Ronaldo. Si l'on va plus loin, on remarque même qu'il est dans la moyenne des meilleurs buteurs européens :

Messi : 14,5% (67 penalties, 472 buts)

Müller : 13,1% (27 penalties, 197 buts)

Cavani : 15,6% (37 penalties, 247 buts)

Falcao : 15,7% (32 penalties, 204 buts)

Higuain : 15,7% à Naples (13 penalties, 91 buts)

Agüero : 17% à Manchester City (26 penalties, 150 buts)

Pour Agüero et Higuain, nous avons pris volontairement les statistiques à Naples et à Manchester City, car ils ne tiraient pas les penalties à l'Atletico et au Real.

Bien sûr, certains joueurs comme Lewandowski (10,6%), Rooney (10,4%) ou Suarez (9,6%) sont largement en-dessous de ce ratio. Mais le pourcentage de Lacazette permet de montrer qu'il n'est pas "pénalty dépendant" comme certains voudraient le faire croire.

Performant sur pénalty : oui, et alors ?

Oui, Alexandre Lacazette est un bon tireur de pénalty. Si beaucoup se souviennent de son loupé cette saison face à la Juventus, il ne s'agissait que du troisième raté du Lyonnais dans sa carrière (sur 20 tentatives). Du coup, que devrait faire Lacazette pour faire plaisir aux détracteurs ? Louper ses pénos ? Ne pas célébrer quand il marque ? Les critiques ont peu de sens, surtout que les penalties qu'il a planté cette saison ont tous été obtenus logiquement (nous avons revisionné chaque action grâce à une formidable loupe.)

Les 5 penalties obtenus par l'OL cette saison (formidable outil Paint)

Les 5 penalties obtenus par l'OL cette saison (formidable outil Paint)

Mais alors pourquoi l'OL obtient-il autant de penalties (36 sur les 5 dernières saisons) ? Ghezzal, Fekir ou Valbuena sont des joueurs qui adorent partir des couloirs pour rentrer dans l'axe et provoquer des un contre un. Logique donc de voir l'OL avoir un plus grand pourcentage de chance d'obtenir des penalties chaque saison. Tout comme il était logique que le PSG en obtienne beaucoup (46 sur les 5 dernières saisons) si l'on regarde le temps moyen passé dans le camp adverse.

Et puis soyons honnêtes : quelle honte y a-t-il à marquer des penalties ? Aucune. Demandez à Ben Lyttelton, auteur du très bon livre "Onze mètres : la solitude du tireur de pénalty", s'il est si facile d'en marquer un. Il risque de rire jaune. Soulignons donc plutôt la capacité de Lacazette à être efficace dans cet exercice. Peu importe si cela plaît.

Sources : Transfermarkt // LFP

Par Julien Choquet, publié le 07/11/2016

Copié

Pour vous :