"Partir en PL après une bonne saison, c'est fini" : comment le Brexit peut changer le foot

La fin d'une ère ?

Le 31 octobre prochain, le gouvernement britannique devra annoncer s’il a trouvé un accord – ou non – concernant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Boris Johnson, le premier ministre britannique, prône un Brexit "dur", soit une sortie sans accord avec l’UE, ce qui engendrerait de grosses conséquences sur les relations entre le Royaume-Uni et l’Europe, notamment au niveau du foot. 

Jean-Baptiste Guégan, journaliste et spécialiste de la géopolitique du sport, nous explique en plusieurs points ce que ce Brexit pourrait changer pour la Premier League, mais aussi pour la Ligue 1. 

Publicité

Ce que ça va changer pour la Premier League

Publicité

"Si le no deal se produit, ce qui semble être vraisemblable vu la position de Boris Johnson, on va se retrouver avec un football et des diffuseurs anglais qui vont avoir un problème : le Brexit risque de modifier les relations entre le foot anglais et le foot européen. Actuellement, la Premier League repose, comme l’Union Européenne, sur la libre circulation des travailleurs, donc des joueurs. Si un Brexit sans accord est conclu, il va y avoir des problèmes avec l’Irlande du Nord et l’Écosse, qui ne vont pas accepter les nouvelles règles. Il y a un vrai risque qu’il y ait un souci de libre circulation à l’intérieur même du Royaume-Uni, avant même de parler du reste de l’Europe.

Publicité

Les clubs anglais risquent donc d’avoir tendance à privilégier les joueurs anglais, afin de respecter les nouveaux quotas. Actuellement, chaque club a le droit d’avoir 17 joueurs étrangers dans son effectif, mais il se murmure que l’on pourrait rapidement passer à 13 avec la mise en place du Brexit. Du coup, il vaut mieux acheter un jeune joueur anglais maintenant, quitte à le surpayer, pour anticiper et être tranquille dans l’avenir. Ce qu’a fait Manchester United avec Maguire cet été en est un parfait exemple. Et cette situation crée un véritable conflit à l’intérieur du foot anglais. D’un côté, il y a la Premier League, qui veut rester la ligue la plus attractive au monde, et donc continuer d’attirer des joueurs étrangers. De l’autre, la Fédération anglaise a pour ambition de faire jouer ses jeunes joueurs afin de maintenir un niveau plus élevé en sélection, donc elle a plutôt intérêt à ce que le Brexit se fasse." 

Ce que ça va changer pour le foot européen

"C’est sûrement dans ce secteur qu’il y aura le plus de changements, notamment au niveau économique. Globalement, il risque d’y avoir trois grosses conséquences : 

Publicité

  • L’effondrement de la livre sterling, qui va perdre de 20 à 30 % de sa valeur selon les analystes. Il faut savoir qu’en Premier League les achats se font en livres, et sont ensuite convertis en euros. Acheter un joueur étranger coûtera plus cher, et les clubs anglais risquent donc de dépenser moins sur le marché. 
  • Le cas est similaire pour les salaires, qui sont payés en livres. Actuellement, il y a des assurances qui permettent de maintenir ces salaires malgré les variations du cours de la livre, mais rien ne dit que cela se poursuivra à moyen terme si un Brexit sans accord est conclu. Et cette situation pourrait poser un gros problème pour les joueurs étrangers, notamment les stars venant d’Europe. 
  • Le dernier problème majeur réside dans la libre circulation. Actuellement, les permis de travail sont déjà compliqués à obtenir, surtout pour les joueurs venant d’Afrique, du Moyen-Orient ou d’Asie. Et cela risque de devenir encore plus dur, même pour les Européens. Aujourd’hui, des joueurs comme Pogba n’ont aucune difficulté à signer en Premier League, mais avec un Brexit signé sans accord, cela deviendrait beaucoup plus compliqué d’obtenir un permis de travail. Les clubs se pencheront plus sur des joueurs locaux et forcément, cela risque de créer un vrai souci pour la compétitivité de la Premier League, ce qui pourrait engendrer une baisse des droits TV à l’étranger." 

Ce que ça va changer pour la Ligue 1

"Aujourd’hui, la Premier League est le championnat le plus valorisé en termes de droits TV, à la fois en Angleterre et à l’international. C’est le championnat qui reçoit le plus d’argent, mais c’est aussi celui qui dépense le plus sur le marché des transferts. Et il ne faut pas se le cacher : ça veut aussi dire qu’ils font vivre une bonne partie des championnats qu’on qualifie de 'second rang'. La Ligue 1 fait partie du lot, et vit en partie grâce à la générosité des clubs de Premier League, mais aussi de Championship. 

Tous ces joueurs qui partaient après une bonne saison pour des destinations comme Burnley ou Brighton n’y iront peut-être plus. Et quand on voit qu’aujourd’hui la majorité des budgets des clubs français s’équilibre grâce aux transferts, on risque d’avoir un problème économique pour certains. 

Après, si on voit les choses de manière positive, ça peut aussi permettre à des équipes de garder leurs jeunes joueurs et de les faire évoluer plus longtemps en Ligue 1. On pourrait limiter la 'fuite des talents' dont on parle tant depuis plusieurs années. Maintenant, il va se poser un autre problème : il va falloir payer ces joueurs. Si auparavant les clubs anglais pouvaient leur offrir un pont d’or, ça ne sera peut-être plus le cas dans le futur. Les clubs français devront les prolonger pour éviter qu’ils aillent dans d’autres championnats, et faire un effort sur leur salaire. Mais ça pourrait permettre à la la Ligue 1 d’être plus compétitive, et se rapprocher de la Serie A en termes d’attractivité sportive." 

Par Julien Choquet, publié le 28/08/2019

Copié

Pour vous :