PNL et le foot : l'amour des vignettes Panini, des survêtements et des légendes

On se doutait de l'amour de PNL pour le foot en écoutant leurs premières punchlines et en regardant leurs clips remplis de maillots européens. Leur dernier album, Dans La Légende, le confirme : les deux frères des Tarterêts aiment le ballon rond et les joueurs de légende, forcément.

"Ma frappe, y a personne qui l’arrête, penalty, j’souris au gardien, [...] ciseau retourné comme Papin". Quand on commence son album le plus attendu par cette phrase, c’est forcément qu’on est amoureux du ballon rond. Et c’est bien le cas de PNL, enfin plutôt d’Ademo, à l’origine de toutes les punchlines footballistiques de son duo.

Publicité

Ce qui frappe dans les textes du rappeur, c’est l’anachronisme des joueurs de foot cités. En vrac, on peut croiser Bebeto, Romario, Zamorano dans le premier album notamment, Zizou dans le deuxième et Papin, Rai, Raul, Denilson, Rivaldo dans le nouvel album, soit uniquement des joueurs des années 90. Seul Balotelli, cité pour sa crête dans "Que La Famille", rappelle que le foot ne s’est pas arrêté le 12 juillet 1998.

Jsuis QLF / Youtube

J'Suis QLF / Youtube

Mais alors pourquoi ne pas citer les stars du moment comme tous les autres rappeurs ? Justement parce que les frères PNL ne sont pas comme eux. Quand Booba cherche à être réactif sur l’actualité, quitte à parler de joueurs dont la carrière est sur le déclin, Ademo mise sur l’intemporalité. Tous ces joueurs laissent un bon souvenir aux amateurs de foot et rappellent une certaine façon d’aimer le football : technique et uniquement accessible via L’équipe du dimanche : toute une époque. Cette époque, justement, est une obsession chez PNL, véritables kids de cette décennie 90’s (Ademo est né en 86, N.O.S. en 89).

Publicité

Madeleines de Proust

Chaque nom balancé nous renvoie une image tendre et nostalgique comme un album Panini retrouvé dans le grenier de Mamie. Au même titre que les personnages de Dragon Ball ou du Roi Lion, ces joueurs du Brésil 94 ou ces stars de la D1 sont de douces madeleines de Proust pour les auditeurs. Le summum de ce mix de foot et de références aux héros de l’enfance est la punchline "Droit au but comme Mark Landers", en référence au personnage d’Olive & Tom qui était une sorte de mélange entre Vegeta et Cantona.

Dans ta rue / Youtube

Dans ta rue / Youtube

Ademo ne fait pas que citer des joueurs, il aime aussi les métaphores footballistiques. Il y a les classiques qui comparent le terrain de foot à celui des dealeurs, sur lequel AD a fait valoir sa technique jadis. Il y a aussi les jeux de mots avec le ballon, autre appellation de la prison. Mais le meilleur moment du dernier album Dans la légende, c’est ce petit refrain sur le tubesque "Béné" : "Tu toucheras pas la balle, on te fait la brésilienne". Une phrase assez floue mais que tous les amateurs de foot comprendront : Ademo nous met tous cher.

Publicité

monde-ou-rien

Le monde ou rien / Youtube

Dernier élément qui interpelle l'amateur de foot face à la carrière du duo du 91 : les maillots et survêtements des équipes de la Ligue des Champions parsemés dans leurs clips, en particulier ceux qui se déroulent dans leur quartier des Tarterêts. Du dealer entre-aperçu en maillot d'Arsenal au clip de "Naha" où un personnage sur deux semble porter un maillot du PSG, cette mode du sportswear est omniprésente. Il ne faut y voir ici qu'une transcription fidèle de la jeunesse des quartiers où ces tenues sont plus que jamais à la mode. Et malgré ce qu’on peut penser de loin, les deux frangins ne portent que très rarement ces habits (exception faite de N.O.S. lorsqu’il sort son plus beau maillot du Bayern).

Publicité

Parce qu’au fond, PNL ce sont les Munichois du rap français, qu’ils écrasent comme si c’était leur Bundesliga.

Par Roch Serpagli, publié le 03/10/2016

Copié

Pour vous :