"Mon pire souvenir ? L'annonce du départ de Bielsa" : le CM de l'OM nous a raconté son métier

À tout juste 30 ans, Alban Lipp est le community manager de l'Olympique de Marseille. Si ce n'est pas lui qui live-tweete les rencontres, il fait vivre le reste du temps aux fans tous les coulisses du club phocéen, des entraînements aux conférences d'après-match, en passant par l'ambiance bouillante du Vélodrome.  

Depuis octobre 2014, Alban Lipp est le community manager du club marseillais. En d'autres termes, il gère les comptes Facebook, Twitter, Instagram, Vine et depuis peu Snapchat de l'OM. Pour Happiness FC, il raconte en détail son quotidien, ses défis et son rapport au merveilleux monde d'internet.

Comment es-tu devenu CM de l’OM ?

Publicité

Précédemment, j’étais chef de projet digital pour des comptes très éloignés du football. C’est très difficile la vie d’agence mais ça ouvre l’esprit avec des façons de travailler très bien ficelées mais aussi une ouverture sur la créativité qui est infinie. Puis j’ai vu sur Twitter l’annonce (pour le poste de CM de l'OM, ndlr). Tout est allé très vite ensuite, après plusieurs entretiens, je recevais la réponse un mois plus tard.

Et ce club tu l’aimes vraiment, depuis longtemps ?

J'ai très rapidement adoré le club tout petit, vers 10 ou 11 ans, puis ça s’est ensuite transformé en véritable passion. J’ai énormément déménagé dans mon enfance et mon arrivée à Marseille a juste participé au renforcement de ce sentiment d’appartenance à la grande famille olympienne. J’ai découvert la ferveur qui se transmet de génération en génération. Mes camarades d’école débrieffaient les matches du week-end et n’hésitaient pas à revêtir des tenues d’entraînement de l'OM pour les cours d’EPS... Je suivais les matches saison par saison de très près, et n’ayant pas Canal + à l'époque, j’ai beaucoup écouté Avi Assouly (un ancien commentateur de France Bleu Provence, ndlr) à la radio dans un premier temps, puis regardé des streamings un peu plus tard. Même lorsque j'habitais au Canada je me suis retrouvé à convertir des Canadiens au "soccer" comme ils l’appellent là-bas !

Publicité

Publicité

Entrons dans le vif du sujet : en quoi consiste ton travail ?

En schématisant, mon travail consiste à montrer à tous les gens qui nous suivent ce que je vois toute la journée. Donc c’est des missions passant de l’animation de toutes les plateformes à la modération et à l’élaboration de concepts novateurs (applis Facebook, jeux...). Je suis en contact avec l’ensemble des départements du club, le social media touche tous les corps de métier (partenariats, RP, sportif, juridique, communication, studio graphique, journalistes…).

Publicité

Nous venons de lancer également le Snapchat du club, "CoulissesOM", qui est un clin d’oeil au hashtag que j’utilise pour montrer les "backstages" du club.

C'est quoi une journée type pour toi ? 

Je commence par aller voir l'entraînement, puis je relaye des news OM.net sur Twitter et Facebook, je mets un visuel sur Instagram. Les jours de match, je vais au stade Vélodrome 2h30 avant la rencontre et je fais un live-tweet de l’ambiance d’avant-match en bord-pelouse, des Vines et des vidéos de l’ambiance pendant le match, je retweete des comptes influents et des tweets d’encouragement de notre communauté. Enfin je live-tweete la conférence d’après-match et je fais des photos et vidéos de réactions en zone mixte.

Que live-tweetes-tu ?

Soyons clairs, je ne live-tweete pas du sportif. Ce n’est pas mon rôle, les deux personnes qui se relaient le font très bien et ont la connaissance parfaite de ce métier-là. Je me contente de faire vivre aux followers et fans ce que je vois : photos du stade, des vestiaires, de la reconnaissance de la pelouse, des vidéos de l’entrée des équipes sur le terrain, le 11 de départ sous forme de Vine, l’ambiance avec nos supporters…

T'en n'as pas marre que sur Twitter pas mal de gens veuillent t’apprendre ton métier ?

C’est un comportement propre à la société d’aujourd’hui. Tout le monde a un avis sur tous les sujets et le fait savoir à la toile entière, qu’il maîtrise le sujet ou non. Ce que j’ai appris en travaillant à l’OM et en recevant énormément de messages, autant sur mon compte perso que sur les comptes officiels, c’est que donner un avis en ne maîtrisant pas son sujet n’a aucune valeur et ne sert aucune cause. Mon compte perso Twitter m’aide aussi à avoir des avis de la communauté en direct et je considère que c’est important aujourd’hui de pouvoir échanger de manière plus informelle et de créer des liens de cette façon.

Quelles sont tes relations avec les joueurs ? Tu es proche d’eux ? Et du staff ?

Je suis au quotidien avec eux, donc on connaît les visages et on se salue tous les jours. Je les considère comme des "collègues" de travail, je ne cherche pas à nouer des liens amicaux. Je reste à ma place. Je considère que je suis proche d’eux dans la mesure où nous partageons des moments ensemble qui ne sont pas à la portée de tous.

À l’OM, les joueurs sont pas mal actifs sur les réseaux sociaux, tu les conseilles ou ils se débrouillent seuls ?

Je leur laisse le soin de les gérer eux-mêmes. C’est, je crois, une mauvaise idée de gérer leurs comptes en étant également à la tête du compte officiel. C’est un mélange qui doit certainement être très mauvais pour les deux parties. J’ai juste donné quelques conseils d’optimisation à 2, 3 d’entre eux, de manière informelle.

T’inspires-tu de ce qui se fait à l’étranger (notamment dans les divisions inférieures en Angleterre) ou pas du tout ?

J’essaye au maximum de sortir du football. Il y a beaucoup d’exemples de "best practice" dans le sport US (NBA, NFL, NHL) et dans le Social Trending (Buzzfeed, 9GAG) ou encore dans l’entertainment US. Je regarde ce qu'il se fait en Angleterre mais c’est très "conventionnel", j’ai envie d’avoir ma ligne éditoriale un peu décalée et décomplexée. J’aime quand le social media respire la vie, qu’on voit qu’il y a un être humain derrière le compte.

Tu as des consignes sur le fonctionnement du compte ?

Aucune, ce qui est une très bonne chose dans la mesure où le social media doit rester dans la réactivité. Mais ça a son lot de points négatifs, si le tweet ne passe pas… c’est trop tard !

De quel tweet es-tu le plus fier ?

Avant les attentats j’aurais certainement dit le tweet d’Homer Simpson (après la défaite à domicile l'an dernier face à Caen, ndlr).

Mais je ne peux pas m’empêcher de mentionner le tweet en hommage aux victimes des attentats parisiens. J’ai tout de suite pris mon téléphone et j'ai posté la photo sur Twitter et Facebook. Je ne me suis pas posé de question mais pour moi, afficher notre soutien était primordial. J’ai tellement été touché par la situation que je me sentais impuissant face à tout ça. Un tweet de soutien était la plus petite chose que je pouvais proposer mais c’était obligatoire dans ma tête.

Et duquel l’es-tu le moins ?

Je me suis loupé à mon tout début ! J’ai commencé à utiliser Tweetdeck et mon setting n’était certainement pas bon. J’écris quelque chose et sélectionne le compte en cliquant dessus. Il passe en surbrillance, je me dis que ça va bien tweeter que sur celui là, et en fait pas du tout ! À ce moment-là, je m’aperçois tout de suite que je me suis bien loupé et comme par hasard mon ordinateur freeze ! J’ai dû mettre 2 ou 3 minutes à effacer le tweet. Heureusement, c’était juste un tweet qui disait que je confirmais qu’on pouvait bien débloquer un iPhone 6 en ayant un doigt brulé au 2e degré...

Ton meilleur souvenir en tant que CM ?

J’en n'ai pas encore un de très marquant je pense. Mais ce que j’adore plus que tout ce sont les déplacements ! J’aime en général faire du live-tweet, c’est une des facettes du métier que je préfère le plus.

Et le pire ?

L’annonce du départ de Bielsa. Je me souviens que c’était cauchemardesque. L’ambiance qui régnait dans la salle de presse et l’incompréhension générale donnait à la situation quelque chose de difficile à vivre. D’un point de vue social media, j’étais un peu perdu. Je ne savais pas quoi dire, comment le dire. D’ailleurs si vous regardez mon tweet d’annonce en direct, il est vraiment pas clair ! On a l’impression que c’est moi qui démissionne de mon poste de CM.

Donne-nous 3 raisons de kiffer l’OM ?

La passion, la ferveur, l'Histoire.

Par Lucie Bacon, publié le 01/12/2015

Copié

Pour vous :