On a joué quelques heures à Football Manager 2020 et le PSG y est magique

Avec un Icardi stratosphérique, Paris est taillé pour la Ligue des Champions.

Nous avons pu tester les nouvelles fonctionnalités de Football Manager 2020 dans les studios londoniens de Sports Interactive. Et à quelques semaines de sa sortie, ce nouvel opus s’annonce une fois de plus incontournable.

***

Publicité

C’est en périphérie de la banlieue de Londres, sur le site du village olympique, à quelques encablures du fief de Sebastien Haller, des Hammers et de West Ham United que le rendez-vous a été pris. Celui qui va conditionner le reste de votre année civile et toute votre saison de supporter de football : la découverte du prochain volet de Football Manager, la célèbre et incontournable simulation de gestion de ballon rond, dans laquelle, ENFIN, c’est vous qui prenez les grandes décisions (ou presque) et définissez si vous allez jouer en 4-3-3 façon Thomas Tuchel, 5-3-2 pardon 3-5-2 à la Der Zakarian ou encore à la… hm, voyons voir – dans quelle organisation joue André Villas-Boas actuellement ? Pas évidente comme question. –

Bref, pendant quelques heures et pas plus, nous avons eu les mains, le clavier et la souris sur Football Manager 2020 avec pour mission de déterminer, déjà, si ce dernier allait encore mettre en péril notre vie sociale. Et si, comme tous les ans, le miracle réalisé par les développeurs anglais de Sports Interactive allait encore opérer, à savoir rendre toujours plus incontournable leur petit bébé. On aurait pu tenter d’écrire l’histoire avec le Paris FC, redonner ses lettres de noblesse au FC Nantes, faire honneur à une des légendes du football anglais perdue dans les bas-fonds obscurs d’une triste division inférieure, mais c’est en Ligue 1 que nous avons choisi de poser nos valises. Et plus précisément au Paris Saint-Germain, club finalement propice pour évaluer les nouveautés de ce volet.

Publicité

Le plan quinquennal de Gervais Martel de retour

L’un des changements principaux concerne l’interaction entre le club et l’entraîneur. Vous souvenez-vous du fameux et tout aussi tristement célèbre plan sur cinq ans érigé il y a quelques années par Gervais Martel, du temps où il présidait le RC Lens ? C’était en 2004 et l’homme fort alors du club sang et or avait fixé sur cinq ans une courbe vertueuse de progression pour la formation nordiste, qui devait truster le haut du panier en Ligue 1 et disputer, à terme, régulièrement la Ligue des Champions. On connaît la suite… Et bien voilà le type de challenge que va nous soumettre Football Manager 2020 cette saison. Non content de respecter depuis plusieurs versions déjà la philosophie d’un club – du grand spectacle sur la pelouse et une victoire en Ligue des champions pour le FC Barcelone par exemple – les développeurs ont poussé le vice et le détail en ajustant cette philosophie sur cinq ans, avec des objectifs progressifs.

Publicité

En clair ? Au PSG, on vous demandera de rêver encore plus grand en remportant la sacro-sainte C1, mais pas forcément dès la première année au club. Dès votre intronisation, une toute nouvelle fenêtre, simulant en 3D le bureau du président, vous fixe la marche à suivre pour les cinq prochains exercices. Ce plan de route est dynamique : comprenez par-là que votre board va l’ajuster en fonction de vos résultats et fera un point avec vous en fin de saison.

Publicité

Selon la réputation de votre club, la taille de votre effectif et les objectifs initiaux, vous pourrez même argumenter le fait de "bazarder" une compétition. Dans le cas présent, mettre de côté certains gros matches de Ligue 1 et laisser la Coupe de la Ligue sur le bord de la route (avant qu’elle n’y aille d’elle-même, RIP), peut être une alternative, à condition de la justifier par un résultat probant dans l’une des compétitions majeures érigées en priorité par votre direction. Et oui, on n’a rien sans rien. Laisser Amiens vous sortir en quarts de finale de la CDL, OK… si une finale de Ligue des Champions est au bout. Sinon…

Un moteur 3D bien plus sympa à regarder

On a également pu apprécier le fait de pouvoir argumenter et préciser les demandes effectuées à vos boss. En plus de renforcer votre argumentaire, cette donne, ajoutée à la nouvelle vision du club, nous plonge un peu plus dans le bain bouillonnant du quotidien d’un club, qu’il soit grand ou petit. On ne pourra pas s’étendre en revanche sur le nouveau centre de formation, qui mettra en lumière et de manière beaucoup plus simple les progrès de vos jeunes pousses. Vous pourrez voir en détail les progrès des joueurs prêtés, avoir une liste des joueurs devant être prêtés selon votre propre staff, ainsi que les jeunes diamants bruts à polir.

En revanche, nos premières heures nous ont surtout permis d’apprécier les efforts graphiques apportés au moteur 3D. On ne va pas se le cacher, ce dernier a toujours été assez indigeste pour notre cornée même s’il s’efforce de mettre en lumière les défauts et les qualités de votre effectif en match.

Un gros travail de motion-capture a été fait pour cette cuvée et on apprécie de voir les joueurs réaliser de vrais contrôles de balle ainsi que des changements et des déplacements plus probants. C’est dans ces conditions que nous avons pu constater les gros dégâts potentiellement réalisables par Mauro Icardi au cœur d’une défense. Le joueur argentin prêté par l’Inter Milan est très, très, très fort dans FM 2020, avec une science du placement sans pareille et un réalisme redoutable.

Icardi, un futur achat… indispensable

Surtout, son option d’achat n’est que de 70 millions d’euros (montant tout à fait capable d’être revu avant la sortie définitive). Et vous démarrez avec 80 patates sur votre compte en banque. Inutile de vous dire quoi faire… d’autant que pour une fois, l’effectif du PSG paraît solide en tout point. Les fans d’Idrissa Gueye reconnaitront le porte-bonheur précieux du club de la capitale cette saison et sur les côtés, grosse faiblesse habituelle chez les Parisiens, les latéraux (Bernat, Dagba, Meunier et Kurzawa, hé oui) font le job et le font plus que bien. On rappellera pour les détracteurs de ce dernier que dans une équipe dominante comme le PSG, ce sont ses qualités de contre-attaquant qui prévalent, avant sa culture défensive.

Bref, ça passe. Et plus que bien. En réalité, c’est le constat que l’on fait de ce nouveau Football Manager, dont la sortie, on vous le rappelle, est datée au 19 novembre prochain. On pourrait encore vous en parler pendant des heures, et notamment de la promesse de temps de jeu, étendue désormais à votre marché des transferts et à vos futures cibles, autant qu’à vos pépites du centre de formation et qui aura, on peut le supposer aisément, un gros impact sur l’ambiance de votre vestiaire. Mais il y a un trailer totalement démentiel car interactif qui vous le présente comme jamais. Et il y a un test pour cela. On vous donne donc déjà rendez-vous pour celui-ci, histoire de confirmer que le PSG, oui ou non, y est bien magique.

Par Alix Dulac, publié le 31/10/2019

Copié

Pour vous :