Nikky Okyere, le "barber" ghanéen devenu le coiffeur préféré des stars africaines de Premier League

Tout comme leurs dribbles, il est presque impossible de dissocier les footballeurs de leur style. Comme si chaque célébration de but était une chance pour eux de mettre en avant leur look, souvent défini par une coupe de cheveux très spéciale.

Et pour être toujours au top au niveau capillaire, les joueurs africains de Premier League ont juste à composer un numéro : celui de Nikky Okyere, un "barber" Ghanéen. 

A post shared by Nenenikita (@iam_nikky) on

Publicité

En interview pour la BBC, Okyere a déclaré qu'il a toujours été "barber", même si tout n'a pas toujours été facile pour lui. En effet, à ses débuts, sa mère l'empêchait de pratiquer ce métier étant donné qu'elle rêvait qu'il devienne médecin ou avocat. Mais Okyere a toujours suivi son rêve de devenir l'un des plus grands "barber" de Londres et n'a pas hésité à sécher les cours plus jeune, pour apprendre les bases du métier à Accra, la capitale du Ghana.  

Publicité

Une fois le déménagement à Londres effectué, il a eu une première opportunité en coiffant Yakubu Aiyegbeni, un joueur formé à Everton. Une réussite, qui lui a permis d'agrandir sa liste de clients par la suite. Emmanuel Adebayor, Wilfried Zaha, Bakary Sako, Christian Benteke, Divock Origi, Jordon Ibe, Asamoah Gyan, Ahmed Musa, Christian Atsu : tous sont passés sous sa tondeuse. 

A post shared by Nenenikita (@iam_nikky) on

Publicité

A post shared by Nenenikita (@iam_nikky) on

Publicité

Une hype qui lui a également permis d'exprimer sa créativité sur les cheveux de musiciens africains, comme Patoranking. Et en plus de vivre son rêve à Londres, Okyere a aussi parcouru le monde pour couper les cheveux des stars, tout en développant la notoriété de son salon. En effet, il permet également à des jeunes danseurs de développer leur talent dans son shop et les met en avant sur ses réseaux sociaux. 

A post shared by Nenenikita (@iam_nikky) on

A post shared by Nenenikita (@iam_nikky) on

Par Prince Jacon, publié le 23/02/2018

Copié

Pour vous :