Mi-temps, le court-métrage qui vous ouvre les portes d'un vestiaire de foot féminin

Après le mondial disputé cet été au Canada, le football féminin continue de faire du bruit. Pour preuve, un court-métrage appelé Mi-temps va voir le jour, une fiction en immersion dans un vestiaire féminin. 

La mi-temps. Ce moment sacré, loin des regards, où tout peut se passer. Des discours, des engueulades, des cris de joie et des moments forts en émotion. Arnaud Pelca, réalisateur, nous a accordé un entretien à un mois du début du tournage du court-métrage Mi-temps.

D’où vous est venue l’idée de ce court-métrage ?

Publicité

Je suis un grand passionné de cinéma mais aussi de football, et ça fait quelques années que j’ai envie de faire un film sur ce milieu. À coté de ça, je m’intéresse de plus en plus au football féminin et je voulais surtout traiter ce qui est "caché" dans le football. La mi-temps est un exemple parfait. Peu de gens connaissent réellement les choses que l'on peut ressentir dans un vestiaire durant une mi-temps, ça m’intéressait de leur faire découvrir.

Qu'est-ce que va raconter le film ?

Comme son nom l'indique, l’histoire se passe à la mi-temps d’un match de foot féminin, plus précisément le dernier match de la saison. Pour éviter la relégation, l’équipe doit absolument gagner, sauf qu’elle est menée à la mi-temps et qu’il y a des conflits entre les joueuses et l’entraîneuse. C'est là que son rôle prend tout son sens : elle a un quart d’heure pour ressouder son équipe et faire en sorte qu'elle gagne le match.

Publicité

Ce scénario est totalement imaginaire ou vous vous êtes inspiré de quelque chose de réel ? 

Pas du tout. C’est quelque chose que j’ai imaginé. Après, comme je connais bien le football, la mi-temps c’est une sorte d’entre-deux qui peut permettre de renverser une situation quand c’est mal barré. Il y a pas mal de matches comme ça, qui se retournent lorsque les choses se disent en face à la mi-temps. C’est ça qui m’intéressait. Il peut y avoir beaucoup de conflit, ça peut aboutir sur du positif ou pas du tout.

Ce court métrage c'est aussi une manière de mettre le foot féminin en avant ?

Publicité

Oui un peu, même s'il n'y a aucune scène de foot à proprement parler, tout se passe en huis clos dans un vestiaire. Le sujet principal du film ce sont les rapports humains, montrer le dépassement de soi, trouver les solutions ensemble et faire vivre toutes les émotions que l'on peut ressentir durant la mi-temps.

Elsa Bouchain jouera le rôle de l'entraineuse (Ulule.com)

Elsa Bouchain jouera le rôle de l'entraineuse (Ulule.com)

Les actrices choisies pour le film ont-elles une expérience footballistique ?

Publicité

Absolument pas, hormis une ou deux qui ont joué plus jeunes. Sinon ce sont des comédiennes qu’on a recruté pendant un casting qui n’y connaissent pratiquement rien au football mais ce n’est pas gênant, c'est un choix personnel. Le scénario du film, c'est un schéma qu’on pourrait retrouver dans d’autres situations que dans un vestiaire. On peut imaginer le même schéma dans une entreprise en situation de crise. Même pour les spectateurs qui verront le film et qui ne connaissent rien au ballon rond, il faut que ce soit accessible. Ce n’est pas un film qui est réservé aux connaisseurs du football, je veux qu'il puisse parler à tout le monde. Je porte une très grande attention à ça.

"Je veux que le film puisse parler à tout le monde"

Le tournage du court métrage démarre le 19 octobre prochain pour une durée de trois jours. Afin de réaliser au mieux ce projet, vous avez fait une demande de financement participatif sur la plateforme Ulule. Quelle est l'importance de cette démarche ?

On a déjà une bonne partie de l’argent qui va nous permettre de faire le film. Faire une campagne c’est pour apporter un peu d’argent en plus, pour qu’on ait plus de moyens au niveau technique. C'est vraiment dans un souci de réalisme, cet argent devant être utilisé pour des costumes (maillots, crampons..), la location du décor et du matériel afin de rendre le film le meilleur possible.

Vous comptez par la suite distribuer ce film à des festivals, des TV ?

On est vraiment déterminé pour faire un film de qualité professionnelle. Donc une fois monté, il sera envoyé à des festivals et on espère être sélectionné pour qu’il soit diffusé. Sinon il sera sûrement disponible sur Internet et dans le meilleur des cas on espère qu'il soit acheté par une chaîne de télévision et qu’il soit diffusé. Même si c’est encore très flou et aléatoire aujourd’hui.

Si vous souhaitez participer au financement du court-métrage "Mi-temps", ça se passe ici 

Par Julien Choquet, publié le 16/09/2015

Copié

Pour vous :