On a rêvé que les joueurs de foot devenaient des planètes...

Cette semaine sur Happiness FC, nous recevons Zoninoz, célèbre blogueur d'Ultimo Diez et expert en rap, en Jul et en mercato. Pour nous, Zoninoz a accepté de parler foot et astronomie.

Alors qu'une galaxie s'appelle désormais carrément CR7, Zoninoz a imaginé que les joueurs de foot pouvaient eux aussi avoir leur place dans notre système solaire.

Saturne

Que ce soit clair, Saturne est sûrement la plus grosse victime du système solaire et même si on vous voit déjà arriver, les planetix, à venir commenter que "c’est n’importe quoi, Saturne est la deuxième plus grosse planète en terme de masse", on continuera de penser qu’une planète qui veut pas retirer son anneau protecteur parce qu’elle s’est faite attaquer une fois est un brin paranoïaque. Un peu comme Petr Cech qui ne semble toujours pas motivé à retirer son casque.

Publicité

SATURNE-cech

Mercure

Mercure est la planète la plus rapide pour faire le tour du soleil avec un record de 87,5 jours (contre 365 pour la Terre). Une performance qui, selon certains experts de la NASA, pourrait seulement être égalée par Gareth Bale, car il court très très très vite.

MERCRURE-bale-2

Publicité

Venus

Pas besoin de commentaires (pardon).

VENUS-jallet

Jupiter

Le saviez-vous ? Jupiter possède un satellite qui s’appelle Europe. Un satellite qui gravite à proximité de la planète sans jamais être en contact avec. Une belle allégorie des performances de Zlatan Ibrahimovic en Ligue des Champions.

Publicité

JUPITER-zlatan

Cependant, il est aussi important de savoir que Jupiter n’était pas censée être une planète. À l’origine, elle devait être une étoile mais la fusion nucléaire n’a pas eu lieu durant le processus de formation, faute d’une masse suffisante. Yoann Gourcuff n’a rien inventé finalement.

Uranus

Se situant assez loin du Soleil, Uranus se voit obliger d’évoluer dans un climat froid, ce qui fait d’elle une planète faite de glace. Une particularité qui lui aura notamment fait perdre la System League à la 36ème journée contre Jupiter après une mauvaise glissade… Destin tragique, similaire à celui de Steven Gerrard.

Publicité

URANUS-gerard-2

Pluton

On avait beaucoup d’espoir en Pluton. C’était la petite planète qu’on comptait chouchouter, celle qui était prédestinée à toucher les étoiles (surtout après ses performances au Tournoi de Neptune).

Malheureusement, on s’apercevra que Pluton n’a pas le volume qu’on lui pensait et ne sera même pas convoquée dans le Top 8 des planètes du système solaire. Un parcours qui n’est pas sans rappeler celui de Doria à l’OM.

PLUTON-doria-2

Pour plus de folie et d'expertise, retrouvez Zoninoz sur Ultimo Diez, sur son compte Twitter et sur son compte spécialisé en mercato.

Par Enzo Galipon, publié le 24/07/2015

Copié

Pour vous :