Entretien : cet ancien joueur de Southampton a fait 160 kilomètres par jour pour la bonne cause

Francis Benali est un ancien joueur de Southampton, avec qui il a disputé plus de 300 matches. Mais sa plus belle action s'est déroulée hors du terrain, lorsqu'il s'est engagé dans la lutte contre le cancer en réalisant un véritable parcours du combattant. 

Bournemouth, le 2 octobre dernier. Francis Benali s'apprête à vivre une expérience incroyable pour une cause qui l'est tout autant. Durant deux semaines, cet ancien joueur de Southampton a rallié tous les stades de Premier League à pied et à vélo, afin de lever des fonds pour la recherche contre le cancer. Entretien avec un homme un peu fou, mais terriblement humain.

benali

Francis Benali (Facebook)

Publicité

Football Stories | Quand as-tu décidé de faire ce challenge sportif complètement fou ? 

Francis Benali | En 2014 j'avais déjà fait une expérience similaire en ralliant tous les stades de Premier League. Ça correspondait à 60 ou 80 kilomètres par jour, pendant 3 semaines. Quand j'ai terminé, j'ai tout de suite su que je voudrais le refaire, et l'opportunité s'est présentée en 2016 lorsque j'ai fait une course d'endurance pour la recherche contre le cancer.

Pour accroître la visibilité de cette belle action, l'idée m'est venue de faire ce challenge : faire 42 kilomètres de course et 120 kilomètres de vélo chaque jour afin de rallier tous les stades de Premier League et de Championship. Au total, ça représente 44 stades en 2 semaines et environ 160 kilomètres par jour.

Publicité

Publicité

Comment as-tu ressenti cette expérience ?

Ça a été la chose la plus dure que j'ai endurée dans ma vie. Me lever chaque jour à 5h ou 5h30 du matin, pour finir à 19h, c'était intense. Physiquement, mentalement et émotionnellement, il faut puiser très loin dans ses réserves.

Est-ce qu'à un moment tu t'es dit "c'est trop dur, j'abandonne" ?

Publicité

Bien sûr. Plusieurs fois même. La douleur et la fatigue étaient tellement intenses qu'il m'a fallu énormément de force mentale chaque jour pour ne pas craquer. Mais plusieurs fois, je suis passé tout proche de l'abandon...

Quel est ton plus beau souvenir de ce périple ? 

Il y a eu tellement de moments fous et spéciaux durant ce voyage... Mais le dernier jour a été un moment incroyable pour ma famille et moi. Mon parcours se terminait là où tout a commencé pour moi : au St Mary's Stadium, le stade de Southampton. Savoir que j'allais finir ce challenge à la maison, et recevoir le soutien des supporters... Je n'oublierai jamais ce moment.

 

Et ton pire souvenir ? 

Il n'y en a pas eu un en particulier. Toutes les fois où j'ai ressenti la douleur et cette sensation de fatigue à cause du manque de récupération : c'était vraiment dur à vivre.

Tu as reçu beaucoup d'encouragements pendant ton parcours ?

Très honnêtement, c'est ce qui m'a permis de tenir. Le soutien et les encouragements que j'ai reçus, c'était fantastique. Que ce soit ma femme, mes enfants, les amis, et puis des étrangers qui m'encourageaient sur le chemin. Je n'aurais jamais imaginé ça.

Great to see #saintsfc fans at Norwich today #gofran #norwich #norwichcityfc

Une photo publiée par Benali's Big Race (@benalisbigrace) le

 

C'est plus difficile de faire 100 kilomètres par jour, ou de jouer dans une nuit froide en plein hiver au Britannia Stadium ?

C'est quoi cette question ? (rires) Il y a eu beaucoup de moments difficiles pendant ma carrière, mais rien dans ma vie n'a été aussi dur que cette course.

D'ailleurs en parlant de ta carrière, quels souvenirs en gardes-tu ?

Je garde un bon souvenir de mon dernier match à Southampton en 2004. C'était un match amical contre le Bayern Munich, au St Mary's Stadium. Je savais que ça allait être mon dernier match sous les couleurs des Saints. J'ai joué comme je savais le faire, et à ma sortie, j'étais très ému. Pour l'anecdote, à la fin du match j'ai échangé mon maillot avec un jeune joueur munichois de l'époque. C'était Bastian Schweinsteiger (rires).

Pour finir, est-ce que tu peux nous parler de l'œuvre de charité "Cancer Research UK" pour laquelle tu as vécu cette aventure ?

C'est une œuvre de charité incroyable. Ma famille ainsi que des millions de personnes dans le monde ont été touchées par le cancer. C'est un combat qui me tient à cœur. Cancer Research UK ne reçoit aucune aide du gouvernement, et marche uniquement sur des donations, afin d'aider pour la recherche contre le cancer. Si vos lecteurs veulent participer à cette aventure, ce serait d'ailleurs génial.

Pour le moment, Francis Benali a récolté 468 000 euros de dons, sur les 1,2 million d'euros qu'il souhaite. Pour aider ce beau projet, vous pouvez effectuer vos dons directement sur ce lien

Par Julien Choquet, publié le 02/12/2016

Copié

Pour vous :