Marcel Desailly, le roi des réseaux sociaux. (Twitter SFR Sport)

On a imaginé le foot des années 2000 si les réseaux sociaux avaient existé

Si aujourd'hui les réseaux sociaux font partie intégrante de l'univers du foot, qu'est-ce que cela aurait donné si la génération 98-2000 de joueurs et supporters avaient eu accès à ces supports de communication ?

La Pogbance, les pépites de Thomas Meunier sur Twitter ou les "I love this game" de Patrice Évra sur Instagram, c'est devenu le quotidien. Idem pour les amateurs de foot, qui nous régalent tous les jours avec leurs montages et leurs analyses 2.0 de l'actualité foot.

Mais si les réseaux sociaux avaient existé au début du siècle, comment joueurs et supporters les auraient utilisés ? Nous avons donc imaginé Desailly, Anelka, Wiltord et Henry en roue libre, et  Zizou et Djorkaeff en memes sur Twitter. Bienvenue dans la matrice.

Publicité

Marcel Desailly : le roi des réseaux sociaux

Publicité

Si Twitter et Instagram avaient existé au début des années 2000, Marcel Desailly aurait été LE footballeur à suivre. C'est aujourd'hui le cas, mais si les deux sites avaient été créés il y a 15 ans, l'ancien défenseur serait aujourd'hui le père spirituel de Patrice Évra et d'Antoine Griezmann. Il nous aurait gratifié de ses "hahaha" et de ses analyses balancées dans les innombrables vidéos qu'il poste sur ses comptes. Il faut dire aussi que l'ancien défenseur a toujours été un fan de technologie, et qu'à l'époque il était déjà bien connecté. Une évidence donc.

Wiltord et Anelka lâchent des freestyles

On avait déjà vu les deux se la jouer rappeurs le temps d'une pub après l'Euro 2000. Et on les imagine sans mal prendre les réseaux sociaux d'assaut pour lâcher quelques freestyles en direct du château de Clairefontaine. Des rimes sur leur passé commun au Real Madrid, au PSG et à Arsenal, avec également quelques punchlines plus ou moins bien senties. Le tout posté sur l'ensemble des réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Snapchat et Instagram.

Publicité

Zidane finit en meme

La pub de Zizou est devenue mythique au moment de sa sortie. Seulement, les réseaux sociaux n'existaient pas encore à l'époque, et si cela avait été le cas, l'ancien numéro 10 des Bleus aurait fini en meme. Son jeu d'acteur et son texte : les deux sont des mines d'or pour les fous du montage qui abreuvent nos feeds Twitter et Instagram de créations très drôles.

zidane

"D'abord la jambe gauche, toujours" (INA)

Publicité

Le grand n'importe quoi des réseaux sociaux spécial Youri Djorkaeff

Après avoir remporté l'Euro 2000 dans une finale de légende face à l'Italie - deux ans après la Coupe du Monde gagnée à la maison - Youri Djorkaeff a pris la confiance au point de s'aventurer dans la chanson. Il sort donc "Vivre dans ta lumière", son single pop-r&b-rap qui aurait cassé Internet à la minute même de sa parution si Youtube existait. Et forcément, nous en aurions fait un "grand n'importe quoi des réseaux sociaux" parce que ça l'aurait mérité. On vous laisse découvrir pourquoi.

Thierry Henry se lâche sur Snapchat

Dans une interview à Canal+, l'ex-attaquant des Bleus s'est décrit comme "un gros chambreur". Difficile à imaginer pour ceux qui ont grandi en regardant Henry martyriser les défenses sans lâcher ne serait-ce qu'une esquisse de sourire. Mais ça, c'est parce qu'il n'y avait pas Snapchat à l'époque des Invincibles d'Arsenal. Dans ses stories, on l'aurait vu faire des blagues de vestiaire à William Gallas, Lilian Thuram, Dennis Bergkamp et Fredrik Ljungberg. Mais aussi partager avec nous ses coups de cœur musicaux, ses coups de gueule et nous lâcher de temps à temps des discours sur l'importance d'être un "tueur".

Henry se demande pourquoi il n'a pas eu le Ballon d'Or en 2003. (Football Stories)

Henry se demande pourquoi il n'a pas eu le Ballon d'Or en 2003. (Football Stories)

Par Abdallah Soidri, publié le 30/03/2017

Copié

Pour vous :