"Il se passe qu'il est noir" : le dérapage raciste sur Balotelli du président de Brescia

Si c'était de l'ironie, c'est très mal fait.

Les dérapages racistes à l'encontre de Mario Balotelli n'en finissent plus de pleuvoir. Après les supporters, Massimo Cellino, le président du club de Brescia, où évolue l'attaquant italien, rappelons-le, s'est illustré par une sortie raciste dans la presse sur son propre joueur.

À la question du journaliste du média Tuttomercatoweb "que se passe-t-il avec Balotelli ?", il a offert cette réponse hallucinante : "Il se passe qu'il est noir, qu'il travaille pour devenir plus clair mais il a quelques difficultés."

Publicité

Publicité

La déclaration de Massimo Cellino a généré une vague d'indignation, notamment sur les réseaux sociaux. Face à la polémique et pour éteindre l'incendie médiatique, le club de Brescia a réagi dans un communiqué dans lequel il explique que les propos du président ont été mal interprétés :

"Le club précise qu'il s'agit d'une blague à titre de paradoxe, clairement mal comprise, déclarée dans le but de dédramatiser une exposition médiatique excessive et avec l'objectif de protéger le joueur lui-même."

Après trois saisons en France, Mario Balotelli est retourné en Italie, à Brescia, ville dont il est originaire. Mais ce retour aux sources est en train de virer au cauchemar pour le buteur, entre le dézinguage de ses propres supporters et désormais la sortie de son président. Ambiance.

Publicité

Par Abdallah Soidri, publié le 25/11/2019

Copié

Pour vous :