Le grand n'importe quoi des réseaux sociaux, spécial OM-PSG

Il fait froid non ? 

Dimanche soir, un nouveau type de mistral a soufflé sur le stade Vélodrome. Son nom : Kylian Mbappé. Pourtant, au coup d'envoi, rien ne laissait présager que la tornade de Bondy allait être si violente. En effet, à la surprise générale, Mbappé démarre cette rencontre sur le banc, tout comme Adrien Rabiot : une "sanction disciplinaire" selon le coach parisien. 

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

La première période est rythmée mais n'accouche d'aucune réelle occasion. L'OM embête bien un PSG qui se cherche... 

... à l'image de Lucas Ocampos, auteur d'un petit pont génial sur Neymar. On aura tout vu. 

La vraie satisfaction côté PSG, c'est Stanley Nsoki. Installé dans une défense à trois en l'absence de Thiago Silva et Kimpembe, le jeune Parisien fait un match taille patron. Gros crack. 

À l'heure de jeu, Thomas Tuchel fait enfin entrer Mbappé à la place de Choupo-Moting. Et trois minutes plus tard, le numéro 7 parisien prend de vitesse Boubacar Kamara et ouvre le score pour le PSG. On n'a plus les mots. 

L'OM peine à réagir mais se crée une énorme occasion en fin de match. À la 87e minute, Payet tire un coup franc que Mitroglou pousse au fond des filets après un premier arrêt d'Areola sur une tentative de Luiz Gustavo. Problème : l'arbitre avait sifflé faute de Strootman sur Marquinhos au début de l'action, pour une obstruction qui ressemble plus à une simulation du Brésilien qu'à autre chose... 

Et dans la foulée, l'OM se fait punir. Sur un contre éclair, Neymar se retrouve face à Mandanda et envoie un centre tir que Draxler détourne au fond des filets. Petite célébration face au virage du Vélodrome derrière : pas de doute, on est bien dans un Classico. 

Score final 2-0, et toujours pas de succès pour l'OM face aux Parisiens. Ça commence à faire long. 

Par Julien Choquet, publié le 29/10/2018

Copié

Pour vous :