Le grand n'importe quoi des réseaux sociaux, spécial France-Brésil

Le match de la peur.

Dimanche soir, les spectateurs présents au stade Océane (Le Havre) ont vécu une soirée forte en émotions, à l'occasion du 8e de finale qui opposait la France au Brésil. Tout commence par un ascenseur émotionnel à la demi-heure de jeu, quand Valérie Gauvin croît ouvrir le score... avant que l'arbitre ne refuse le but après utilisation du VAR, pour une supposée charge sur la gardienne brésilienne. 

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

Une décision frustrante, qui motive encore un peu plus les Bleues et notamment l'attaquante française. Juste après la pause, Gauvin marque à nouveau et peut cette fois libérer sa joie : l'Équipe de France ouvre le score. 

Malheureusement, cet avantage est de courte durée. Le Brésil égalise par l'intermédiaire de Thaisa et arrache finalement la prolongation. Les Bleues ont dû mal à faire bouger le bloc équipe brésilien, bien en place. 

La prolongation est irrespirable, et Griedge Mbock se transforme en sauveuse avec un tacle décisif devant sa ligne. Les Bleues sont encore debout. 

Et en tout début de seconde période de la prolongation, la libération arrive. Sur un coup franc frappé par Majri, la capitaine Amandine Henry trompe Barbara d'une reprise à bout portant. Explosion des supporters, tandis qu'une impression de déjà-vu flotte sur ce match... 

C'est terminé : au bout du suspense, les Bleues arrachent leur ticket pour les quarts de finale de leur mondial. Le plus dur reste à venir. 

Par Julien Choquet, publié le 24/06/2019

Copié

Pour vous :