Au Ghana, une école lutte contre l’exploitation des jeunes footballeurs

Un ancien recruteur de Manchester a créé une académie pour les stars de demain.

En Afrique, le train de vie des footballeurs qui jouent pour des équipes européennes fait beaucoup rêver les jeunes talents, prêts à tout pour en arriver là. Un désespoir qui sert les intérêts de prétendus "agents" et même de certains clubs, qui en profitent pour les exploiter et ruiner leur carrière avant même qu’elle ne commence. Au Ghana, l’académie Right to Dream a été fondée pour mettre fin à cette situation.

C’est Tom Vernon, l’ancien recruteur de Manchester United en Afrique, qui a ouvert cette école en 1999. Chaque année, 25 000 dollars (20 800 euros) y sont consacrés à l'éducation, à l'entraînement, au confort, aux déplacements et à l'équipement de chaque enfant admis à l'académie.

Publicité

(Photo: Right to Dream)

Alors que beaucoup de footballeurs africains quittent l’école quand ils démarrent leur carrière professionnelle, l’académie met l’accent sur l’éducation. Les apprentis joueurs continuent donc à étudier tout en s’entraînant à un niveau professionnel. La plupart d’entre eux se voient d’ailleurs offrir une bourse à la fin de leur cursus pour poursuivre leurs études au Royaume-Uni ou aux USA.

Pour Tom Vernon, cette approche permet aux jeunes footballeurs de ne pas fermer la porte à d’autres opportunités et d’éviter le piège potentiel de partir à l’étranger trop tôt. Dans un entretien avec la Fondation Thomson Reuters, il déclare :

Publicité

"C’est un combat permanent pour empêcher les gens d’exploiter les enfants. Sans soutien parental et sans éducation, un jeune joueur se fait bouffer, et cela arrive quotidiennement."

Il y a deux ans, la BBC découvrait tout un réseau de trafic de mineurs de l’Afrique vers l’Asie. Un Libérien de 14 ans avait par exemple été envoyé au Laos où il avait dû signer un contrat l'obligeant à jouer dans des conditions déplorables.

(Photo: Right to Dream)

Publicité

Traduit de l'anglais par Sophie Janinet

Par Prince Jacon, publié le 25/09/2017

Copié

Pour vous :