L'histoire de Francis Koné, le joueur qui a remporté le prix du fair-play de la FIFA

Lundi soir avait lieu la remise des prix The Best, récompensant les acteurs majeurs de la saison 2016-2017 en Europe. Si Cristiano Ronaldo et Olivier Giroud ont été les grands bonhommes de la soirée, un joueur est passé un peu inaperçu : Francis Koné. 

Pourtant, le joueur du FC Zbrojovka Brno, en République Tchèque, a également reçu un prix : celui du fair-play. Un trophée "récompensant une attitude exemplaire au service du fair-play et de la compassion, sur le terrain comme en dehors", qu'avait remporté l'année dernière l'Atlético Nacional, en offrant symboliquement le titre de Copa Sudamericana 2016 à Chapecoense. 

Cette année, c'est donc Francis Koné qui a décroché ce prix, pour avoir sauvé la vie d'un gardien adverse lors d'un match de championnat en février dernier. 

Publicité

Publicité

Pour ceux qui n'ont pas suivi l'histoire à l'époque, petit rappel des faits. Le 25 février, le FK Slovàcko (l'ancien club de Francis Koné), se déplace sur la pelouse du Bohemians 1905. En plein match, le gardien Martin Berkovec se téléscope violemment avec son défenseur, et termine inerte au sol. Immédiatement, Koné se jette sur lui afin de lui prodiguer les premiers secours, et l'empêcher de s'étouffer avec sa langue. 

Un acte héroïque, qui a permis au gardien tchèque de s'en sortir vivant. Mais pour Francis Koné, ce geste a été effectué de manière naturelle, presque comme une évidence, comme il l'a expliqué sur le site de la FIFA

"Je ne pouvais pas regarder quelqu'un étouffer sous mes yeux sans rien faire. C'était inimaginable, j'ai agi à l'instinct." 

Publicité

Publicité

Et si l'ancien attaquant du FK Slovacko a été aussi efficace, c'est aussi parce qu'il n'en était pas à son coup d'essai : il s'agissait de la quatrième fois qu'il sauvait la vie d'un joueur sur un terrain, après une expérience en Thaïlande, et deux en Côte d'Ivoire. Pour RFI, il avait d'ailleurs témoigné en mars dernier : 

"C’est vraiment ma deuxième expérience qui a été la plus dure. Le mec en question était sur le point de mourir parce qu’il avait déjà avalé sa langue. Si ça ne m’était pas arrivé auparavant, je ne pense pas que cet homme serait encore en vie."

Francis Koné est donc aujourd'hui plus qu'un footballeur. Il est devenu le symbole de la solidarité qui doit exister sur un terrain, peu importe l'adversité. Ce geste a d'ailleurs permis à certains spectateurs d'ouvrir les yeux sur des questions sociales, qui dépassent largement le cadre du foot : 

"Suite à ce geste, j’ai reçu un message de supporters des Bohemians qui imitaient des cris de singe durant le match. Ils se sont excusés parce qu’ils n’imaginaient pas qu’un noir pouvait sauver l’un de leurs joueurs. Le football, ça ne se résume pas à courir derrière un ballon. Le football, c’est aussi le respect de l’adversaire. La vie est quelque chose de sacré. Je ne peux pas voir quelqu’un en train de mourir sans rien faire, et ce quelle que soit sa nationalité ou sa couleur de peau. J’ai le devoir d’aider les gens."

Une distinction plus que méritée pour ce joueur inconnu public, qui mériterait pourtant d'être reconnu parmi les plus grands. 

Par Julien Choquet, publié le 24/10/2017

Copié

Pour vous :