featuredImage

Comment la fille de Bob Marley a sauvé la sélection féminine de Jamaïque

"Get up, stand up."

L’équipe féminine de Jamaïque a disputé ce dimanche contre le Brésil le premier match de Coupe du monde de son histoire. Une rencontre que les Reggae Girlz (le surnom de l’équipe), n’auraient pas pu jouer sans l’intervention il y a cinq ans de Cedella Marley, fille du célèbre chanteur et fan de football Bob Marley.

En 2014, l’équipe séniore est dissoute par la Fédération faute de subventions. Et c’est lors de cette année-là que l’aînée du clan Marley entend parler pour la première fois de football féminin dans son pays natal, par l’intermédiaire de son plus jeune fils, explique t-elle dans le Telegraph : "[Il] est rentré de l’école avec un flyer sur lequel on demandait de l’aide pour je crois à l’époque la sélection U17 féminine."

Cedella Marley découvre ainsi que le foot féminin est délaissé par la Fédération. Elle décide de réunir des fonds et devient même ambassadrice de la sélection. Et son engagement ne s’arrête pas là, puisqu’elle crée la fondation Reggae Girlz Foundation pour aider à récolter des fonds et sensibiliser l’opinion publique sur le sort de cette équipe. Une mission qui lui tient à cœur, comme elle le raconte à Bleacher Report :

"J’ai grandi avec l’idée que je pouvais faire tout ce que je voulais faire. Et le simple fait de savoir qu’on leur a dit qu’elles ne pourraient pas jouer, qu’on ne les aiderait pas simplement parce que ce sont des femmes, ça m’a mise en colère. Je voulais qu’elles aient l’opportunité de faire ce qu’elles aiment vraiment."

"Mon père aurait été le premier à supporter ces filles"

Malgré cet engagement, les Jamaïcaines échouent à se qualifier pour la Coupe du monde 2015 au Canada. Un échec sportif qui entraîne un nouvel arrêt des subventions par la Fédération. Mais grâce à la mobilisation de Cedella Marley, l’équipe a pu continuer, et le 17 octobre 2018 elle est devenue la première nation des Caraïbes à se qualifier pour un Mondial.

Une performance qui fait dire à l’ambassadrice de la sélection que son papa aurait été fier de cette équipe : "[Il] aurait été le premier supporter des filles. Et comme il le disait, le football c’est la liberté et les filles sont désormais libres."

Par Abdallah Soidri, publié le 10/06/2019