En Espagne, une équipe féminine remporte un championnat majoritairement masculin

En Espagne, une équipe féminine a fait parler d'elle récemment pour avoir remporté un championnat habituellement réservé aux garçons.

La section féminine du club de l'AEM Lleida a réalisé une performance rare, qui a alerté l'intérêt du New-York Times. Sur son site internet, le média américain a réalisé un reportage sur ce club pas comme les autres, qui a choisi de développer le football féminin.

Publicité

Pourtant, le foot féminin est loin d'être à la mode en Espagne. Exemple le plus frappant : le Real Madrid ne possède pas de section pour les femmes. Cela n'a pas empêché le club de l'AEM Lleida de devenir l'une des références en terme de formation. Son équipe féminine, composée de filles de 12 à 14 ans, a d'ailleurs écrasé la concurrence dans les championnats féminins jusqu'en 2014.

Publicité

Une trop grande facilité, qui a donné une idée au président du club Sergio Gonzales : inscrire l'équipe dans un championnat masculin grâce à un règlement espagnol autorisant les clubs à aligner des équipes mixtes jusqu'à l'âge de 14 ans. Une idée risquée, qui a valu des remontrances au président au départ :

"Beaucoup de parents ont dit que nous étions fous. Si ça avait mal tourné, nous aurions été tenus responsables pour avoir humilié les filles."

Et bien lui en a pris. Après une première saison compliquée, le club terminant à la 12e place sur 18 équipes, la mayonnaise a pris petit à petit. Si bien que cette année, les filles ont remporté le championnat en venant à bout du favori, La Noguera, un club composé de 113 joueurs pour... une fille. Une victoire 3-1, permettant ainsi aux joueuses de l'AEM Lleida de mettre fin aux idées reçues et à la supposée domination des garçons dans le football.

Publicité

Publicité

Trop fortes pour les garçons

Et pourtant, les remarques déplacées ont fusé depuis l'arrivée de l'équipe dans ce championnat habituellement réservé aux hommes. Andrea Gómez, l'attaquant de l'équipe et meilleure buteuse du championnat (38 buts) a d'ailleurs révélé dans une interview pour la chaîne olympique qu'il "n'était pas rare avant les matches que les adversaires leur demandent si elles ne s'étaient pas trompées de terrain". Autre anecdote : cet arbitre qui appelait les joueuses "princesses" pendant le match. Ok monsieur l'arbitre.

Du sexisme qui existe encore malheureusement dans ce sport, mais qu'on espère voir disparaître très vite grâce à ce type de performances, montrant que les filles ont plus que largement leur place dans le monde du foot.

Par Julien Choquet, publié le 11/05/2017

Copié

Pour vous :