"Retranscrire l’esprit chambreur des vestiaires de sports co" : entretien avec le CM du Toulouse FC

On entend parfois plus parler des tweets du Téfécé que de ses exploits sportifs. C'est de la faute de (ou grâce à) Rémi, CM du club depuis 2012, et de toute son équipe, car il insiste : il n'est pas tout seul derrière le génial compte Twitter @ToulouseFC.

Que ce soit pour ses live-tweets, ses fausses conférences de presse ou ses invitations de grosses stars US, le compte Twitter du Toulouse FC est incontournable en France. Rémi nous a raconté comment il s'y prenait pour animer le compte et captiver une communauté de supporters aussi dingues que passionnés.

Hello Rémi ! Explique-nous comment tu es devenu CM du TFC. 

Publicité

Au départ, il n'y avait pas de CM, mais le club a compris assez rapidement qu’il y avait besoin d’une personne pour gérer la marque sur les réseaux sociaux. Je les gère aujourd'hui à 90% mais il y a un gros travail d'équipe pour la réflexion autour des contenus. On est une équipe plutôt jeune et on a une veille active sur tout ce qui se fait sur internet.

Et ce club, tu l’aimes vraiment ?

Je suis Toulousain donc forcément je suis supporter du TFC, dans les bons comme dans les mauvais moments.

Publicité

Il ne t’énerve jamais ?

Si, il y a eu des grosses déceptions. Comme les deux demi-finales de Coupes en 2009 et 2010 qu'on perd à chaque fois. C’est vrai qu’aller au Stade De France pour les Toulousains c’est un rêve, et ces deux demies avaient créé une vraie dynamique dans la ville.

Publicité

En quoi consiste ton travail ?

Publicité

Je commence le matin par aller voir les interactions de la nuit, les DM (messages privés sur Twitter, ndlr) et les mentions. On essaye de répondre à tous les supporters le plus rapidement possible. Ensuite l'équipe se réunit pour programmer la journée de chacun, on fait le point sur les contenus. Puis on rédige les articles et les premiers tweets. Twitter, pour nous, c’est un outil qui permet de faire des posts décalés et de divertir mais on relaye aussi tous les articles. Sur Facebook, on essaye d’être plus réfléchi, on se limite à deux ou trois posts par jour pour avoir le plus de vues.

Les supporters ne sont pas trop relou ?

Non au contraire, comme on s'est positionné rapidement sur Twitter avec un ton original, décalé et impertinent, ils ont tous joué le jeu. On a une communauté bien sympa sur laquelle on essaye de s’appuyer. Par exemple, des twittos ont créé un site, Capitole FC, et on essaye de les mettre en lumière. On a aussi une supportrice graphiste qu'on a déjà sollicitée pour le site.

Votre compte est super marrant quand même, seul toi est drôle ou c’est vraiment l’ambiance générale du club ?

C’est vraiment tout le monde. Via twitter on a compris que c’était important de se positionner sur ce ton original et décalé. Et on essaye de retranscrire l’esprit chambreur des vestiaires de sports co. On est une équipe jeune, très branchée réseaux sociaux donc les idées fusent.

En France c’est rare de voir des comptes gérés avec autant d’humour. Tu t’es inspiré de ce qui se fait à l’étranger (notamment dans les divisions inférieures en Angleterre) ou pas du tout ?

Pas forcément. Bien sûr on est attentifs à ce que vont faire les marques qui ont la même cible que nous et à tout ce qui se fait en sports US ou en Premier League. Mais sur le ton de notre compte en lui-même c’est venu tout seul.

"Même Pantxi Sirieix, qui n’est pas un adepte des réseaux sociaux, a entendu parler de nos bêtises et ça le fait rire."

Tu as des consignes sur le fonctionnement du compte ?

Bien sûr, il faut éviter les injures et ce qui peut nuire à la marque. Mais on a une grande liberté et c’est ce qui fait notre force. On a de la chance que les dirigeants nous laissent cette liberté.  

T’as des retours des joueurs par rapport à certaines vannes que tu peux faire sur eux ?

Ça les fait plutôt marrer. Même Pantxi Sirieix, qui n'est pas un adepte des réseaux sociaux, a entendu parler de nos bêtises et ça le fait rire. Pour les joueurs, ça donne un trait de caractère supplémentaire au club. Mais en vérité, on les chambre gentiment, on les défend aussi beaucoup !

De quel tweet es-tu le plus fier ?

Question difficile... Peut-être pendant les live-tweets, des tweets fusent comme ça, mais je ne saurais pas dire lequel. Il y a eu des moments sympas aussi, comme l'été dernier où on avait proposé à Lebron James de rebondir au TFC, ou quand on avait proposé à Rihanna de devenir fan du club.

Après il a des tweets qui prennent des proportions incroyables alors qu'on ne s'y attendait pas, comme le week-end dernier avec Beyoncé.

Edit : après une nuit de réflexion, Rémi nous confie avoir une petite préférence pour les tweets de ce style

Raconte-nous cette histoire avec Beyoncé. En fait, vous avez dit qu'elle serait là au prochain match du Téfécé, pendant que Rihanna était au Parc des Princes. 

Oui. Je n’étais pas devant le match du PSG, c’est un pote qui m'a dit qu’il y avait Rihanna au Parc avec du rouge à lèvres violet. Le rouge à lèvres je trouvais ça abusé, mais je me suis dit que c’était pas mal de rebondir sur ce sujet-là car c'était le trend topic du soir (le sujet le plus commenté sur Twitter, ndlr). Et puis j'ai parlé de Beyoncé pour notre prochain match, et on a remis ça le lendemain, en laissant planer le doute, pour l'ouverture de la billetterie.

Comment aimerais-tu faire évoluer le compte ?

On a été un peu précurseurs sur les réseaux et on est très contents que d'autres clubs se lancent dans cette dynamique et que des échanges se mettent en place. On espère quand même rester leaders, avoir les idées pour garder un temps d’avance sur nos concurrents. On réfléchit beaucoup, en terme de gifs, de Vines, on regarde quelles sont les évolutions, on essaye d’avoir une veille assez dynamique.

Donne-nous une bonne raison de kiffer le TFC ?

C’est un club qui sait ne pas se prendre au sérieux et qui sait rester fidèle aux valeurs du sport qui sont de prendre du plaisir tout en ayant quand même un esprit de compétition.

Par Lucie Bacon, publié le 08/10/2015

Copié

Pour vous :