(Photo Le Progrès pour l’OL)

"Le but de Lacazette, je ne m'y attendais pas" : entretien à chaud avec le nouveau speaker de Lyon

Joffrey Dassonville, 32 ans et responsable d'antenne chez NRJ, est le nouveau speaker de l'Olympique Lyonnais. Et il a fait ses débuts pour un match historique : celui de l'inauguration du Parc OL avec une victoire 4-1 contre Troyes. Il nous raconte. 

C'était un jour spécial pour lui. Très spécial. Joffrey Dassonville a non seulement pour la première fois hurlé au micro du Parc OL les noms des quatre buteurs lyonnais samedi après-midi, mais il a aussi et surtout vécu l'inauguration de la nouvelle enceinte des Gones. Un jour qu'il n'est pas près d'oublier.

Alors, cette première ?

Publicité

Ça s’est bien passé. Très bien passé. Ce n’était pas parfait, ça n’existe pas les premières parfaites je pense. Mais j'ai eu des bons retours, il n'y a pas de eu de moments de lose, ce qui est pas mal quand on sait que le club a eu les clés du stade trois jours avant... C’était une inauguration, il y avait beaucoup d’animations avant, pendant et après le match, mais on n'a pas eu de problèmes, et je suis assez content car on a pu se faire plaisir.

Tu m’as dit "en off" avant l’interview que c’était "beau et maladroit comme une première", peux-tu nous en dire plus ?

C’était beau déjà parce que le stade est juste magnifique, les gens étaient surexcités à l’idée de le découvrir. J'étais fier d'être là, au bord du terrain, pour faire le lien entre le match et les tribunes. Mais c'était maladroit car on a eu quelques soucis d’ordre technique. Par exemple, il y avait tellement de bruit que je n'entendais pas les ordres du réalisateur, on avait pas du tout prévu que ça ferait autant de bruit ! Il a fallu que je m’adapte, j’étais un peu paumé mais on n'a pas eu de grosse galère.

Publicité

Pour toi, dans l'ensemble, ça s'est donc plutôt bien passé ? Et puis tu as eu des buts... 

Oui ! Non seulement j’en ai vus beaucoup, mais en plus ils n'étaient pas dégueu... Ceux de Ghezzal, de Ferri, même celui de Troyes, en tant que spectateur, je me suis fait plaisir !

Lyou présente son nouveau stade (Photo JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Lyou présente son nouveau stade (Photo JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Publicité

Qu’est-ce qui t’a donné le plus de frissons : le fait que ce soit ta première, ou le fait que ce soit l’inauguration du stade ?

C'était un peu des deux : pendant l'inauguration il y a beaucoup de choses à voir, beaucoup de protocoles, tu ne prends pas un pied d'enfer car il y a beaucoup de choses à respecter. Par contre, c'est plus après coup que tu te dis "wow, j'ai participé à cette inauguration qui restera historique".

Tu as croisé Jean-Michel Aulas ? Il était content de toi ?

Publicité

Pas du tout ! Je n’ai pas non plus cherché à le croiser car il avait autre chose à faire mais j’ai eu des échos comme quoi le club était content, donc c’est un peu lui aussi le club je pense !

Après coup, tu te dis : "Wow, j'ai participé à cette inauguration qui restera historique"

Et as-tu échangé avec l’ancien speaker, Dominique Grégoire ? 

Pour le dernier match à Gerland, j'étais avec lui pour le voir travailler. Je n'ai connu que lui en tant que speaker de l'OL, j’ai pu prendre de ses conseils et le féliciter pour son travail car il était là pour les grandes heures du club. Mais samedi, je sais qu'il était là mais je ne l'ai pas vu.

Concrètement, comment ça se passe pour toi une journée de speaker ?

Samedi c'était très spécial, donc on est arrivé tôt pour tout préparer. Mais pour les prochaines fois, je serai là 2 heures avant le début des animations minimum. On a des repères à prendre, je fais un point avec le réalisateur et l’ingé son, sur l’organisation qu’on a choisie. C’est moi qui fais le conducteur (le déroulé de la journée, ndlr), je le travaille en amont chez moi. On a voulu faire un truc un peu différent, une sorte d'émission télé, je suis animateur face caméra sur grand écran dans le stade avant le match, je balance des contenus, des classements, des reportages. Par exemple, samedi, si Lacazette marquait, il allait entrer dans le top 10 des buteurs lyonnais, donc on en a parlé. On a aussi parlé de Génésio et Caçapa. Après, on fait les compo, et puis le AHOU, pour ça je passe le micro aux capo des virages. Ensuite le match commence : j'annonce les buts, les changements, et les consignes de sécurité si besoin.

Quel a été pour toi le moment le plus fort samedi ?

Le premier but, celui de Lacazette. En plus, je ne m’y attendais pas du tout, j’avais tout juste relâché la pression ! Depuis 9h, j’étais sur le pont, je suivais bien évidemment le match, mais j’ai vu le but et là je me suis dit : "Ah ça y est c’est parti". J’ai eu un moment de doute : "C’est sûr que c’est Lacazette ?", je me suis dit que si je me loupais, c'était fini. Tu remets tout en question, car faut le faire bien. Et puis je me suis lâché.

La joie de Lacazette après son but (Photo Le Progrès pour l'OL)

La joie de Lacazette après son but (Photo Le Progrès pour l'OL)

Tu as été soulagé que ce soit Lyon qui ouvre le score, et un joueur formé à Lyon en plus, après une passe d'un autre "vrai Lyonnais", Grenier ?

En fait je me suis dit tout de suite "Tiens, c'était bien vu la stat d'avant match, c'est cool, comme ça je pourrai en reparler à la mi-temps". Oui, j'étais soulagé que ce soit un Lyonnais, ça n'aurait pas été dramatique que ce soit Troyes s'il y avait eu une victoire mais je suis à ce moment-là soulagé et content car en plus c'est notre attaquant vedette. Je n'ai pas pensé au but 100% lyonnais, mais c’est vrai que c’est une belle image, ce sont les joueurs du club, certains sont nés tout près d'ici comme Ghezzal (né à Décines, ville où a été construit le Parc OL, ndlr), c’est fort.

Peux-tu nous expliquer comment tu es devenu speaker de Lyon ?

À la base, je suis animateur radio, cela fait 12 ans que je travaille pour NRJ. Je suis arrivé à Lyon il y a 11 ans et je suivais déjà le foot, je suis de Lens à la base, je suis le vilain petit canard de la famille qui a choisi une autre équipe. Vers 12,13 ans je me suis intéressé à Lyon, c'est pour ça que j’ai choisi Lyon quand j’ai dû bouger pour NRJ. J’ai découvert Gerland à ce moment-là, et je me suis intégré à cette ambiance de supporter. Il y a trois mois, j’ai appris par hasard que l'OL cherchait un speaker, le recrutement était terminé d’ailleurs quand j'ai vu l'annonce mais j’ai envoyé un mail. J’y suis allé le lendemain, j'ai eu un entretien et j'ai fait un casting, et en deux semaines c'était fait.

Quelle a été ta réaction à ce moment-là ? 

Ce n’était pas concret jusqu’à samedi, j’étais comme un dingue mais je ne réalisais pas. C’était énorme, quand je l'ai annoncé à mon père, qui a été le premier à m'emmener dans un stade, à Bollaert, il avait les larmes aux yeux. Ca m’a fait super plaisir, je vais pouvoir vivre avec le club, c’est une passion. Je pourrais pas expliquer, c’était très bizarre, pas palpable car il n'y avait pas encore le nouveau stade, c’était un rêve franchement ! C’est un truc sur lequel tu délires avec tes potes, mais tu penses pas que ça va arriver.

"Au moment du premier but, je ne savais pas comment j’allais faire"

De quel joueur vas-tu préférer scander le nom ?

Déjà pas les joueurs adverses (rires). Lacazette ça sonne bien, c’est facile de jouer avec son prénom et son nom. Moi j’aime bien Sergi Darder, j'aime bien ses déplacements. Physiquement il n'est pas encore au top mais j’ai un petit faible pour lui.

T’inspires-tu d'un speaker en particulier, je pense à l’incroyable speaker de Naples notamment ?

Oui je le connais, quand ma nomination a été annoncée, j’ai reçu 100 messages sur Twitter de personnes qui me disaient "ah bah faut que tu fasses comme lui". C’est une référence, je me disais "ouais c’est clair que c’est énorme" mais Naples c’est une autre culture. Je ne pense pas qu’il faille copier, je n’avais pas pensé à la forme. D'ailleurs, au moment du premier but, je ne savais pas comment j’allais le faire, et finalement ce qui est sorti ça ressemblait un peu à ça, j'ai dit trois fois le prénom de Lacazette en me lâchant la troisième fois. Et apparemment tant mieux, ça a fait plaisir aux supporters !

Le show de Will.I.Am, après le match (Photo Le Progrès pour l'OL)

Le show de Will.I.Am, après le match (Photo Le Progrès pour l'OL)

Enfin, que peut-on te souhaiter et souhaiter à l’OL ?

Pour moi, une carrière aussi longue que Dom (Grégoire, ndlr) avec l’OL et surtout de si beaux moments car il a vécu tous les titres du club. Et à l'OL, on peut lui souhaiter de remplir son stade à chaque fois et vivre des matches extraordinaires, le retour de la C1... J'ai hâte d'entendre cette musique d'ailleurs. Il faut des titres, et il faut que ça vibre !

Par Lucie Bacon, publié le 11/01/2016

Copié

Pour vous :