Entretien avec Brak, présentateur de la nouvelle émission FIFA de beIN Sports

C'est l'information qui a fait plaisir à tous les fans de FIFA cette semaine : le championnat eSport de Ligue 1 sera diffusé dès le 5 décembre sur beIN Sports. Aux commandes : Bruce Grannec et Brak, gamers et Youtubeurs reconnus sur FIFA. 

Youtubeur de longue date, Brak est un spécialiste de FIFA qui a fait ses preuves dans le milieu de l'eSport. Présentateur l'an dernier de l'E-Football League sur la chaîne l'Équipe au côté de son acolyte de toujours Bruce Grannec, Brak revient cette année sur beIN Sports. Le concept : présenter et commenter des matches de l'e-Ligue 1, le premier championnat eSport d’une grande ligue en Europe. Entretien.

Football Stories | Peux-tu nous présenter le concept de votre émission, qui débutera le 5 décembre prochain sur beIN Sports ?

Publicité

Brak | Pour ne rien te cacher, l'émission est encore en cours de préparation, rien n'est encore officiel. On fignolle le conducteur pour obtenir le meilleur format possible. Pour le moment, on n'a pas encore tout arrêté mais tu te doutes bien qu'il y aura beaucoup de matches de FIFA, ça sera très clairement une émission axée sur la compétition, et pas sur les infos qui tournent autour du jeu.

Le but, c'est d'installer l'eSport à la télévision française, et de permettre à d'autres jeux de profiter de cette ouverture. Et puis ça va permettre aux amateurs de FIFA de voir des gros matches et de progresser en regardant jouer des pros.

Publicité

Dans la bande-annonce, on vous voit en plateau Bruce et toi. Vous aurez plus un rôle de commentateur ou de présentateur ?

Publicité

Essentiellement, nous allons commenter des matches. Comme la compétition se joue essentiellement online, il y aura quand même des contraintes. Parfois, on devra enregistrer certains matches pour les commenter en différé, mais on ne perdra pas ce côté découverte car ce seront des rencontres que les gens n'auront pas vu. De notre côté, on se mettra vraiment dans les conditions du direct comme si on n'avait pas vu les matches, afin de les commenter de la manière la plus vraie possible.

Quelles sont les différences majeures entre animer une émission et un podcast sur Youtube ? 

Le monde de Youtube apporte une liberté qu'il est difficile d'atteindre à la TV. Rien qu'au niveau du langage, il faut tout contrôler alors que sur Youtube, tu peux dire quasiment ce que tu veux. Quand tu arrives en TV, tu sens que tu rentres dans un autre cocon : tu dois faire attention à beaucoup de choses, même au niveau de l'apparence.

Publicité

Est-ce que tu prends exemple sur des commentateurs comme Margotton pour progresser ? 

Étant donné que je suis fan de football avant d'être fan de FIFA, c'est évident que je dois m'inspirer du travail des grands commentateurs que j'ai connus. De Margotton à Thierry Gilardi, qui n'est malheureusement plus de ce monde, j'apprends énormément. Ce sont des personnes qui nous ont naturellement transmis des émotions qui sont aujourd'hui ancrées en nous. Après, j'ai quand même développé ma propre façon de commenter, tout en m'inspirant de mes modèles. Mais j'ai mon truc à moi, et j'espère qu'on ne va pas avoir l'impression que je copie d'autres commentateurs (rires).

"Commenter un vrai match de foot, ça serait un rêve pour moi"

Est-ce que ça te plairait de commenter un jour des vrais matches de foot ?

Tu sais quoi, dans ma famille on me parle souvent de ça (rires). Ça fait 10 ans que je commente du FIFA, et je n'ai jamais commenté un match de foot. Ça serait un rêve pour moi. Mais la réponse que j'ai toujours apporté, c'est que pour commenter un vrai match il faut avoir de la bouteille et du métier. Ce sont des journalistes qui commentent ces événements, et je ne suis pas journaliste. Je ne peux pas prétendre prendre leur place : FIFA et le foot réel ce sont deux choses trop différentes. Après, si on me donne l'opportunité un jour de le faire avec un concept innovant, pourquoi pas. Ça serait exceptionnel.

Pourtant, quand on vous voit commenter avec Bruce, vous semblez très à l'aise aux commentaires. Quelles sont les différences majeures avec le commentaire du "vrai" foot ?

La vraie différence c'est qu'un match de FIFA est bien plus dynamique. Il y a des actions toutes les 2 minutes, alors que dans un vrai match de foot il y a des gros temps morts. Surtout en Ligue 1 (rires). Commenter un match de FIFA ça demande d'être plus réactif, alors qu'un vrai match de foot il y a beaucoup plus d'analyses et ça demande plus de travail en amont.

Qui joue le rôle d'Omar Da Fonseca dans votre duo ? 

C'est censé être le rôle de Bruce (rires). Quand on commente, j'ai naturellement le côté animateur, et lui il apporte son expertise, comme un consultant. Mais ça me va bien d'être le Benjamin Da Silva du duo, il est énorme aussi.

À l'inverse de Bruce, tu n'as jamais été un joueur pro de FIFA, même si tu fais beaucoup de vidéos sur le jeu. Tu te sens plus à l'aise manette ou micro en main finalement ?

Aujourd'hui je vais pas mentir : je suis bien meilleur micro en main. Je n'ai jamais eu le niveau d'excellence à FIFA. J'ai atteint mes limites depuis un certain temps maintenant, donc je me sens bien mieux avec un micro. En tous cas, je me fais moins tailler quand je commente que quand je joue (rires).

"FIFA est en train de franchir un palier"

Est-ce qu'il existe beaucoup d'émissions sur FIFA en Europe ?

Ça va peut-être t'étonner, mais sur FIFA nous sommes des précurseurs en France en ce qui concerne les émissions de TV. Même ChuBoi, influent FIFA international, a lâché un tweet pour dire que les Français étaient au-dessus du game dans ce domaine lorsqu'il a appris que nous lancions une émission. C'est énorme.

Après les clubs qui lancent leur section eSport, la création puis la diffusion TV d'un championnat, c'est quoi la suite pour FIFA en France ? Parce que ça va très très vite en ce moment... 

Je pense que FIFA est en train de franchir un palier. C'est le jeu qui se vendait le mieux depuis plusieurs années maintenant, et ça m'étonnait qu'il soit en retard sur la scène eSportive. Je ne comprenais pas, parce que c'est du football et que c'est accessible à tous. Un match de League of Legend, c'est très dur à comprendre à l'inverse de FIFA. Ce que je pense, c'est que l'arrivée des compétitions extrêmement bien dotées comme la FIWC et les FUT Championship Séries, qui vont offrir un cash price vraiment énorme aux vainqueurs, a changé la donne.

Pour finir, tu peux nous donner ton pronostic pour le vainqueur de la e-Ligue 1 ? Comme tu supportes le PSG, peut-être que tu vois un gamer représenter ce club l'emporter... 

Je pense que c'est impossible à prévoir. C'est d'ailleurs ce qui est intéressant dans cette compétition, la Ligue a vraiment insisté là-dessus : tout le monde peut s'inscrire où il veut, pros ou amateurs. Tu peux t'appeler Brian ou Rocky  (ndlr : des joueurs professionnels) et t'inscrire comme représentant de Dijon ou de Guingamp. Du coup, on ne va pas forcément avoir un champion PSG parce que les gros joueurs vont se répartir un peu partout dans les clubs, pour être sûr de se qualifier.

À relire : c'est officiel, beIN Sports diffusera le championnat eSport de Ligue 1

Par Julien Choquet, publié le 18/11/2016

Copié

Pour vous :