Juventus fans cheer during the Italian Serie A football match Juventus vs Fiorentina on April 20, 2019 at the Juventus stadium in Turin. (Photo by Marco Bertorello / AFP)

En Italie, des stadiers étrangers sont interdits de stade

Et cela pourrait nuire gravement à la tenue des matches de foot.

C'est une enquête de L'Équipe qui nous révèle l'ampleur du problème en Italie. Jusqu'en septembre dernier, le ministre italien de l'Intérieur était Matteo Salvini, politicien de droite aux positions très conservatrices qui a mis en place une politique sécuritaire visant notamment les migrants. Parmi les décrets signés par Salvini avant la fin de son mandat, l'un concerne " l'organisation des services de stadiers dans les installations sportives" et réclame que les stadiers de nationalités étrangères prouvent leur bonne conduite en fournissant notamment des attestations provenant de leur pays d'origine. 

Publicité

Sauf que ces pays d'origine ne fournissent que très rarement ces papiers. Cité par L'Équipe, le président de l'Association nationale des délégués à la sécurité (Andes), Ferruccio Taroni, a expliqué :

"Beaucoup rencontrent de grandes difficultés pour contacter les autorités de pays qui vivent parfois des situations difficiles au niveau institutionnel. Le résultat est qu'ils ne peuvent obtenir ce document et donc accéder à ce travail. "

Résultat : les sociétés de sécurité italiennes peinent à trouver la main d'œuvre nécessaire dans un secteur qui rémunère peu et n'intéresse donc pas les locaux. "Selon les chiffres de l'Andes, sur les 30 000 stadiers en Italie, 14 000 sont étrangers, parmi lesquels 4 000 sont bloqués par cette démarche administrative", explique l'enquête de L'Équipe. En novembre dernier, en 3e division italienne, un match, Catane-Casertana, a carrément eu lieu à huis clos, faute d'un nombre suffisant de stadiers. 

Publicité

Par Lucie Bacon, publié le 03/01/2020

Pour vous :