On a vu le docu sur la pire équipe de foot du monde

Ce mercredi sortait en France le film-docu Une équipe de rêve, l'histoire de l'équipe des Samoa Américaines, pire nation de foot du monde. Une vraie réussite. 

À Paris, le jour de la sortie du documentaire, seulement quatre salles diffusent Une équipe de rêve, un film réalisé par deux cinéastes débutants, Mike Brett et Steve Jamison. Première séance : la salle est vide. La pire équipe du monde n'attire pas les foules ? Grossière erreur.

Une équipe de rêve, c'est donc l'histoire d'une nation qui n'a jamais connu la victoire en compétition officielle. Qui a pris une mémorable volée face à l'Australie (31-0) en 2001, entrant ainsi dans le livre des records comme la plus grosse défaite de l'histoire du foot en match officiel. Avec leurs caméras, Mike Brett et Steve Jamison ont décidé de vivre en immersion dans cette équipe totalement atypique lors de leur parcours pour les qualifications au mondial 2014.

Publicité


Publicité

Pour arriver à ses fins, l'équipe va engager Thomas Rongen, un entraîneur néerlandais passionné par le ballon rond et vainqueur dans l'âme. Il découvre alors un effectif composé de footballeurs amateurs ainsi que de deux personnalités hors du commun : Jaiyah Saelua, première personne transgenre à jouer un match officiel, et Nicky Salapu, un gardien hanté par les 31 buts encaissés contre l'Australie. On est loin, très loin du football cinq étoiles qu'on a l'habitude de voir chaque semaine sur les terrains européens.

Publicité

Ce docu est avant tout l'histoire d'une aventure humaine, centrée sur la place du collectif et de l'esprit d'équipe. Au début du film, après une énième claque reçue durant les Jeux du Pacifique Sud, l'attaquant de l'équipe résume parfaitement la mentalité des Samoans :

Qu'on gagne ou qu'on perde, l'important est que les gens sachent qu'on ne renonce jamais. Même si on perd de cinq buts.

Sans jamais tomber dans la moquerie, ce documentaire rempli d'humour vous transporte totalement dans son univers. Une vraie claque qu'on est prêt à reprendre sans modération.

Publicité

Par Julien Choquet, publié le 11/06/2015

Copié

Pour vous :