France’s defender Djibril SidibÈ arrives for a press conference in Clairefontaine-en-Yvelines on August 29, 2016, as part of the team’s preparation for the upcoming friendly football match against Italy. / AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Djibril Sidibé, le futur des Bleus

Depuis son arrivée en Ligue 1, Djibril Sidibé progresse et tape à la porte des Bleus. En vue de la Coupe du Monde 2018, c'est logiquement qu'il a été appelé par Didier Deschamps pour cette rentrée 2016. 

25 août 2016, 14h. Didier Deschamps dévoile sa première liste post-Euro, en vue des qualifications pour le mondial 2018. Premier indice : Dédé mise sur le futur avec la mise à l'écart d'anciens et les sélections de Kurzawa, Corchia et... Sidibé. Des choix d'avenir, notamment pour le dernier cité qui a sa carte à jouer dans le futur des Bleus. Portrait.

Là il va ouvrir la porte EDF et ne plus jamais la refermer (AFP)

Là il va ouvrir la porte EDF et ne plus jamais la refermer (AFP)

Publicité

Une montée en puissance et une polyvalence rare

Publicité

En 2010, lorsque Djibril Sidibé voit débarquer Jean-Marc Furlan à la tête de l'ESTAC (son club formateur), il est loin de se douter que cette arrivée est un tournant dans sa carrière. À l'époque, Sidibé est âgé de 18 ans et ne fait pas partie de l'équipe première, qui évolue alors en Ligue 2. Furlan l'intègre rapidement à l'effectif et Sidibé ne fait que confirmer en tant que latéral droit.

Publicité

Pourtant, ce n'était pas son poste de prédilection si l'on en croit Furlan dans une interview pour RMC Sport : "Lorsque je suis arrivé, il jouait arrière central. Il n’avait jamais joué latéral droit. Je lui ai demandé très, très rapidement de renoncer au poste d’arrière central, auquel il avait joué pendant toute sa jeunesse, pour jouer dans le couloir droit. Ça s’est avéré extrêmement positif." 

Un repositionnement qui s'avère efficace : Sidibé est repéré par le LOSC et signe avec les Dogues à l'été 2012. Pendant les deux premières saisons, il est le remplaçant de Franck Béria à droite, avant de basculer arrière gauche après l'arrivée de Corchia en 2014. Un changement d'aile qui ne lui pose aucun souci. Sidibé confirme et s'impose comme l'un des meilleurs latéraux du championnat, notamment grâce à son apport offensif. L'an dernier, il est titularisé à 37 reprises, plante 4 buts et délivre 4 passes décisives : pas mal pour un latéral.

Publicité

2016 : l'année de la confirmation

Pas retenu dans la liste des 23 de Deschamps pour l'Euro malgré des performances excellentes, Sidibé veut aujourd'hui passer la vitesse supérieure. Cet été, il s'engage avec l'AS Monaco afin de gravir un palier et se tester en Ligue des Champions. Un recrutement logique pour Jardim qui souhaite faire de Fabinho un milieu de terrain, et ainsi laisser le couloir à Sidibé. Le mariage semble idéal et devrait permettre à Sidibé d'enchaîner les matches à droite, et ainsi retrouver son poste de formation.

S'il performe en club, Sidibé devra aussi le faire en Bleus. Après avoir fêté sa première sélection en amical face à l'Italie, il faut maintenant confirmer lors des matches de qualifications pour la Coupe du Monde 2018 : le prochain objectif de sa carrière.

Objectif 2018

Comme Kurzawa, Djibril Sidibé a une vraie carte à jouer dans le futur des Bleus. Ce n'est un secret pour personne, Didier Deschamps veut tourner une page et préparer une nouvelle génération pour 2018. Du haut de ses 33 ans, Sagna ne représente pas le futur malgré un bel Euro, tout comme Jallet. Le principal rival de Sidibé se nomme Sébastien Corchia, son ancien coéquipier lillois. Deux joueurs que Deschamps compte mettre en concurrence dans l'avenir, comme il l'a avoué en conférence de presse :

Sébastien Corchia et Djibril Sidibé sont deux joueurs au potentiel intéressant. Ils sont amenés à avoir du temps de jeu avec l’équipe de France pour pouvoir prouver, démontrer leurs qualités.

Ayant deux ans de moins que Corchia et jouant la Ligue des Champions cette année, Sidibé part forcément favori dans cette lutte pour la sélection. S'il excelle offensivement, il faudra qu'il travaille pour gommer quelques errements défensifs. Pas de panique : du temps, Sidibé en aura. À lui de prouver qu'il représente bien le futur des Bleus, et de devenir le taulier à droite que les Bleus attendent depuis le départ de Sagnol.

Par Julien Choquet, publié le 05/09/2016

Copié

Pour vous :