26 octobre 2011 : quand Dijon a réussi une remuntada face au PSG

Octobre 2011. Dans le froid de l'automne dijonnais, le grand PSG se déplace sur la pelouse de Gaston-Gérard pour le compte des huitièmes de finale de Coupe de la Ligue. 

Petit flashback. Il y a 5 ans, le PSG débutait sa mutation sous l'ère qatarie et commençait à se construire une équipe solide. Au mercato d'été, Ménez, Pastore, Gameiro et Matuidi rejoignent le club pour épauler Nenê et Gameiro, stars de l'époque. Sous les ordres d'Antoine Kombouaré (qui sera remplacé durant l'hiver par Carlo Ancelotti), les Parisiens sont leaders de Ligue 1 fin octobre avant un déplacement à Dijon en 8e de finale de Coupe de la Ligue qui semble aisé. Ou pas.

Un début de match cauchemardesque

Hasard du calendrier : le PSG vient de battre Dijon en championnat le week-end précédant ce déplacement en Coupe. Une victoire 2-0 grâce à un doublé de Nenê : Paris débarque serein, surtout que Dijon décide de faire tourner sur ce match de Coupe. Seuls deux titulaires présents sur la pelouse du Parc débutent, alors que le PSG repart avec 5 titulaires d'entrée de match.

Publicité

Tout commence fort pour le PSG. Au bout de 20 minutes, les Parisiens mènent 2-0 grâce à Bahebeck (oui, c'était déjà un "grand espoir" à l'époque) et Erding. On se dit alors que le PSG est déjà en quarts... on se trompe fortement.

Camara - Lugano : l'enfer de Gaston-Gérard

Si le PSG était plutôt armé offensivement, on se marre encore en voyant la ligne arrière titularisée ce soir là. Ceara à droite, une doublette Camara-Lugano dans l'axe et Sakho à gauche. Du bricolage pour Kombouaré qui va fortement se ressentir dans la suite du match. À la demi-heure de jeu, l'ancien Parisien Sankharé réduit le score sur pénalty après une grossière faute de Lugano...

Publicité

Pourtant il joue clairement le ballon (mdr) !

Pourtant il joue clairement le ballon (mdr) !

... avant que ce dernier ne se se loupe sur l'égalisation de Berenguer : la caravane vraie.

Formidable défense de Diego "Maldini" Lugano

Formidable défense de Diego "Maldini" Lugano

Publicité

Après la mi-temps, Dijon continue de croire à l'exploit et prend l'avantage à l'heure de jeu. Zoumana Camara concède un pénalty suite à une grossière faute de main et permet à Jovial de marquer le troisième but dijonnais.

On voit qu'il tente la tête. C'est louable.

Pas attaqué, mauvais jugement de la trajectoire du ballon : du classique Zoumana

Un sketch.

Publicité

"Un des plus beaux exploits du club"

Parce qu'il était écrit que le PSG ne gagnerait pas ce match, les Parisiens touchent deux fois la barre en fin de match et envoient Dijon en quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Une véritable délivrance pour Patrice Carteron, l'entraîneur dijonnais de l'époque, qui s'était confié à chaud sur France 2 :

Je suis heureux pour les joueurs, je suis vraiment touché parce que c'est une équipe jeune et ça va nous servir pour la suite. Ils ont réalisé quelque chose qui sort de l'ordinaire. Gagner 3 buts à 2 alors qu'on était menés 2 à 0 contre une équipe qui survole le championnat, c'est vraiment un bel exploit. Je suis ému et touché. C'est une soirée historique, merveilleuse. C'est un des plus beaux exploits du club.

Une parenthèse enchantée pour Djion, qui sera finalement relégué en Ligue 2 à la fin de la saison. Le genre de performance qui marque une carrière et qui ne sort pas des mémoires, même 5 ans plus tard.

Par Julien Choquet, publié le 20/09/2016

Copié

Pour vous :