Damso : "En Belgique, on aime trop l’équipe pour commencer à cracher sur quelqu’un"

Le Belge Damso est l’une des révélations de la saison 2015/2016 du rap français. Déniché à Bruxelles par Booba, il a traumatisé le game en un couplet sur l’album du Duc de Boulogne. En attendant la sortie de son premier projet Batterie faible, il vous explique pourquoi il voit ses Diables Rouges aller très loin dans cet Euro.

Il paraît que tu es sûr que la Belgique va gagner l’Euro, peux-tu nous dire pourquoi ?

Après le 4-0… En fait, j’attends juste la finale mais je suis confiant. Si c’est l’Italie ça serait une bonne revanche ! On est rentrés dans la compétition discrètement, on n’était pas à l’aise. Mais avec Batshuayi, De Bruyne, Hazard, Lukaku, ça va le faire. Le match contre la Hongrie ça a été un déclic. Ils ont pris une bonne claque avant. C’est comme un match de boxe : tu arrives, tu n’es pas chaud, tu prends des coups au premier round. Après tu rentres dans le match. On va gagner.

Publicité

damso-HD-3

C’est quoi du coup tes pronostics pour la suite du tableau ? Victoire facile contre le Pays de Galles ?

Non, je ne pense même pas que ce sera facile. Ça va être des petits 1-0, des petites victoires timides. Il y aura une pression à cause du score contre la Hongrie. À la base, on ne fait pas de gros scores donc 1 ou 2-0 maximum. Après je pense qu’on va jouer le Portugal et ça va être très serré, peut-être une victoire en prolongation ou juste 1-0. En finale, je vois l’Allemagne, ils sont très chauds. Ils vont écraser tout le monde sauf la Belgique, tu vas voir !

Publicité

Qu’est ce que cette équipe a de plus qu’en 2014 selon toi ?

Les joueurs sont plus sûrs d’eux. Ils ont joué contre toutes les grandes équipes en étant bons donc ils ont appris de leurs erreurs. Avant ils étaient tous bons mais ils ne savaient pas où ils allaient, ils étaient très jeunes. Maintenant ils sont plus matures et ils se connaissent très bien, c’est presque la même équipe depuis des années. Ils ont également tous évolué en club. Au pire, ils seront en finale mais je les vois vraiment gagner.

"Lukaku, on dirait qu’il a un génie qu’il ne maîtrise pas"

Et Lukaku, tu la vois comment sa fin de compétition ?

Publicité

J’espère qu’il va se réveiller, je ne sais pas trop ce qui se passe. Je crois qu’il gère moins bien la pression que les autres. Ce qui est bizarre c’est qu’il n’est pas là où on l’attend mais qu’il est souvent là quand on ne l’attend pas. C’est chiant mais c’est bien aussi. Il peut te sortir un geste de génie quand on ne l’attend plus. Ça reste un grand joueur capable de tout et il l’a montré à la Coupe du Monde. On dirait qu’il a un génie qu’il ne maîtrise pas.

Parmi toutes les stars de cette équipe, laquelle te fait le plus vibrer ?

Eden Hazard, il est chaud. J’aime bien le fait qu’il soit vrai sur le terrain, même son attitude quand il y a une faute. Il n’est pas là à chialer ou à simuler. S’il tombe et qu’il n’est pas blessé, il se relève et continue, c’est ça que je trouve bien chez lui.

Publicité

Et sur ses rapports compliqués avec les sélectionneurs ?

C’est le foot, c’est comme ça. Il y a toujours des trucs de vestiaire, je ne sais pas ce que c’est, donc je ne vais pas me prononcer, moi je l’aime sur le terrain. Sur ce qu’il se passe en dehors, il y a tellement de versions différentes… C’est entre eux, ça. Je crois que les joueurs qui s’entendent vraiment bien avec leur coach, ça n’existe pas. Quand je faisais du basket, mon coach me faisait chier. Un bon coach c’est un chieur, c’est comme ça que tu avances et progresses.

Et c’est quoi le rapport du public belge à Hazard ? Est-ce que c’est compliqué comme en France avec les stars ?

Je pense qu’en Belgique, on aime vraiment bien l’équipe. Moi je ne suis pas le supporter de ouf avec les peintures sur le visage, la perruque, etc. Mais en général on supporte toute l’équipe. Il n’y a pas de polémique comme en France, on aime trop l’équipe pour commencer à cracher sur quelqu’un.

Est-ce que tu sais si des joueurs de la Belgique écoutent tes sons ?

Je ne sais pas du tout. Je ne suis tellement pas sur Snap et les réseaux que je ne saurais pas te dire. Peut-être bien, hein. Je vais me renseigner.

En cas de victoire de la Belgique, quelle dinguerie serais-tu prêt à faire pour fêter ça ?

Un freestyle, pourquoi pas ? Ça peut être chaud ! Un freestyle BelgiumVie. J’ai fait BruxellesVie donc pourquoi pas BelgiumVie. Ça serait pas mal ça, je vais faire ça ouais ! Si j’ai de l’inspi, je lâcherais ça.

Tu regardes les matches de la Belgique dans quelles conditions ?

J’ai même pas le temps ! Je regarde les actions des matches, je suis le résultat mais j’ai pas le temps, je dois bosser. Eux ils bossent sur le terrain et moi je dois travailler sur mon terrain. Mais si on va en finale, je ne travaillerais pas ! Je serai à Bruxelles, je ne peux pas être en France pour la finale, je suis désolé pour vous (rires).

Même si t’as des places pour le Stade de France ?

Oui sauf si j’ai des places… Et encore, franchement je crois que je préfère l’ambiance de là-bas. Si on gagne ça va être une dinguerie. Nan, nan, je serai à Bruxelles.

Dans le morceau Périscope tu dis "BelgiumVie, Marc Wilmots". Tu veux dire quoi ? Que Wilmots représente bien la Belgique ?

Ouais, c’est une association d’idées. C’est une dédicace à toute l’équipe belge plus l’entraîneur. Wilmots a été critiqué quand ils ont perdu mais maintenant que ça gagne, qu’est-ce qu’on va dire ? Et s’il gagne la finale, qu’est ce qu’on va dire ? C’est des tricheurs ceux qui l’ont critiqué !

"Booba je le vois comme un entraîneur qui me fait progresser, un mentor"

Dans la rime d’après tu dédicaces Kopp, c’est à dire Booba. Est-ce qu’il est ton Marc Wilmots et tu serais son Eden Hazard ?

(Rires) Ouais ! La rime m’est venue comme ça, je faisais plusieurs dédicaces. Mais oui, Booba je le vois comme un entraîneur qui me fait progresser, un mentor. Je prends exemple sur ce qu’il fait, j’écoute, je note, je fais attention. C’est un conseiller avisé, il connaît, il sait de quoi il parle, il est là depuis longtemps. Je suis là pour apprendre aussi, en plus de faire un truc qui me plaît.

damso-HD-5

Toi tu es à fond derrière la Belgique mais on a l’impression qu’il y a pas le même engouement chez les rappeurs français pour leur équipe nationale. Comment expliques-tu ça ?

Avec ce qu’il s’est passé, comment veux-tu être derrière ? Il (Benzema, ndlr) n’a pas été jugé coupable et on ne le prend pas. À un moment donné, c’est trop : chaque année il y a des polémiques. Je pense qu’il faut passer au-dessus. Ce sont des être humains et des bourdes tu peux en faire n’importe quand. Chez nous il paraît que Courtois s’est tapé la meuf de De Bruyne. Ça n’a pas fait les gros titres ou quoi. Je comprends que les gens soient saoulés à un moment. Toutes les affaires que la France a connu ces dernières années, ça pourrait rester en interne mais les médias aiment trop en faire des polémiques. Je suis sûr que des sextapes, il y en a dans toutes les équipes. Tu ne peux pas supporter ton équipe calmement avec toutes ces histoires en dehors du football. Tu tapes dans un ballon, pas dans des fesses, on s’en fout de ce qu’il s’est passé.

C’est toi ton rapport au foot en dehors des grandes compétitions ?

Barça, Barça, Barça ! Je ne suis pas à fond mais si j’ai l’occasion de voir un match, c’est eux que je vais regarder.

Du coup quand tu dis "J’joue contre Bilbao j’peux que faire la diff’" dans BruxellesVie, c’est parce que toi t’es le Barça et les autres rappeurs sont Bilbao?

C’est exactement ça. C’est surtout quand je joue à FIFA parce qu’apparemment ils ont fait une bonne saison cette année. Je me suis fait niquer pour ma rime ! (rires) Mais à l’époque c’était pas terrible.

Et tu suis un peu le championnat belge ?

Non, plus du tout. Je ne sais même pas qui y joue. A l’époque de Lukaku, etc. oui je suivais plus. Les joueurs, dès qu’ils sont bons, ils partent à l’étranger. Je les comprends mais du coup je ne regarde pas. J’aime plus suivre des joueurs que des équipes en particulier. Quand un joueur part d’un club, je pars avec lui.

"Ronaldo, le vrai, c’était mon joueur préféré"

C’était qui du coup les joueurs qui te faisaient kiffer quand tu étais plus jeune ?

Ronaldo, le vrai, c’était mon joueur préféré. Et puis Ronaldhino, Messi. Mais Ronaldo j’étais trop fan, le mec était trop loin. Zidane, aussi j’ai beaucoup aimé.

Et toi tu jouais au foot ?

Non j’étais plus basket. J’avais pas le … (il montre son pied)… le truc. J’aimais bien jongler, tirer mais c’est tout.

Du coup c’est pour ça que tu fais moins de rimes sur le foot que la plupart des autres rappeurs ?

C’est selon l’inspiration. Je rappe beaucoup sur ce qui m’entoure, le foot ne m’entoure pas vraiment. Peut-être que quand je vais rentrer il y a quelque chose lié à l’Euro qui va m’inspirer. Je ne vais pas chercher exprès à faire une rime avec un nom de footballeur.

Dans ton morceau Comment faire un tube, tu aurais pu dire qu’il faut citer un footballeur …

C’est vrai qu’on parle beaucoup de footballeurs dans le rap mais je pense qu’en France c’est un autre délire. En même temps ici vous avez tous votre équipe, le championnat français c’est un grand championnat à côté du championnat belge.

Que penses-tu du fait qu’on reproche parfois aux footballeurs de trop traîner avec des rappeurs ?

Ils ne diraient pas ça s’ils trainaient avec Christophe Maé, Johnny Hallyday ou Pascal Obispo. C’est du racisme c’est tout. Pourquoi le rap est-il toujours vu comme quelque chose de péjoratif ? C’est juste de la poésie gore. De la "gorésie" comme je dis. Le rap c’est comme un film de Tarantino : c’est trash, c’est violent mais ça reste artistique. On essaye de faire de nous des éducateurs mais on est juste des artistes.

Pour finir, quel est ton 11 de rêve ?

11 DU JOUR_30_06_2016

Par Roch Serpagli, publié le 30/06/2016

Copié

Pour vous :