À Caen, un street artist local a repeint les murs de la tribune Borrelli

20 ans après y avoir encouragé le Stade Malherbe, Seb Toussaint a redonné vie à la tribune Borrelli.

"Mon école d’art, c’était les tribunes". Quand on lui demande de nous en dire plus sur son parcours, c’est ainsi que Seb Toussaint se raconte. Ce Normand et Britannique de 31 ans a, pendant de longues années, passé des matches entiers de Ligue 1 et de Ligue 2 dans la tribune Pop B, désormais nommée Luc Borrelli, du stade Michel-d’Ornano à Caen.

C’est là qu’il a pu faire ses gammes en tant qu’artiste, en apprenant à faire des tifo et des banderoles, encouragé par ses pairs. Plus de 20 ans après avoir assisté à son premier match de Malherbe, Seb Toussaint est revenu au stade, cet été, alors qu’il était vide de tout joueur et tout spectateur.

Publicité

Désormais artiste peintre, et surtout street artist, le Normand, qui parcourt le monde pour son projet Share The Word dont on vous parlait ici, a repeint SA tribune. Explications : au début de l’été, le club normand lui donne son go pour qu’il redécore les murs de la tribune Borrelli. Après avoir expliqué en quelques lignes seulement son projet au Stade Malherbe, Seb Toussaint a passé en juillet dernier 3 semaines et demie dans l’antre de son club pour peindre les murs de la tribune où le Malherbe Normandy Kop, avec qui il a grandi, a ses quartiers.

Voir cette publication sur Instagram

I spent the last 4 weeks on this huge project inside my football stadium which was also my "art school" when I was a teenager. The Stade Michel D'Ornano is the home ground of Normandy's top professional football club : Stade Malherbe Caen. I've been attending games here since I was a kid in 1998. When I was a teenager I started designing and painting huge flags and banners for the supporters group. The older lads pushed me to create even more and encouraged me as they sensed potential. I've never had a formal art education, so being part of this supporters group (the MNK96) this is the closest thing I have to an school. This summer I was asked to paint 365m2 of my stand however I wanted. I included symbols of my city Caen, my region Normandy, and of course my football club SM Caen. While painting these murals I made sure I passed on some of my experience to some younger lads, becoming a teacher in the "school" I used to attend as a pupil. Thank you to M, who helped me all the way! . #smcaen #mnk96 #malherbe #StadeMalherbeCaen #caen #normandy #normandie #ultras #tribuneBorrelli #TribuneLucBorrelli #LucBorrelli #supporters #StadeMichelDOrnano #stadium #streetart #fans #footballstadium #stade #design #spraypaint #MalherbeNormandyKop #smcaen1913 @smcaen

Une publication partagée par Seb Toussaint (@sebtoussaint) le

Publicité

L’artiste a utilisé près de 200 bombes de peinture et 11 couleurs pour dessiner les logos de la Normandie, du club et du MNK, le tout sur 365 mètres carrés, "et sans pochoirs !", précise-t-il :

"J’ai commencé le 6 juillet et travaillé de longues journées pendant plus de 3 semaines. J’étais avec un apprenti, un jeune du MNK qui avait du temps et voulait apprendre comment faire, c’est cool de pouvoir enseigner à mon tour. On faisait comme chez nous, on mangeait dans les tribunes, j’ai même pris une douche là-bas une fois avec un seau dans les toilettes à la turque. On était vraiment en freestyle."

Publicité

Et ce qui lui a fait le plus plaisir ? C’est que personne n’était au courant. Ce n’est que lors du premier match à domicile, face à Lorient lundi dernier, que les fans caennais ont découvert le travail de Seb :

"Seules quelques personnes du bureau du MNK étaient dans la confidence, c’était vraiment une surprise, et aucune image n’a filtré. On voulait que les supporters entrent et voient ça. Je n’étais pas présent mais j’ai eu plein de retours sur les réseaux sociaux et par téléphone, les gens ont kiffé."

Voir cette publication sur Instagram

Good job et merci @sebtoussaint

Une publication partagée par Stade Malherbe Caen (@smcaen) le

Publicité

Actuellement à Mayotte pour son autre projet, Seb Toussaint espère pouvoir retourner à D’Ornano fin août, pour le derby face au Havre, et observer les réactions des supporters devant son travail en live.

Par Lucie Bacon, publié le 09/08/2019

Copié

Pour vous :