Avec Lifetime Players, Booba veut prendre en main la carrière de jeunes athlètes

Sur le site de Lifetime Players, Booba est "directeur associé". Si l'agence existe depuis plusieurs mois, le rappeur du 92i, qui vient de sortir l'album Trône, a raconté l'histoire de ce business ce week-end dans les pages de L'Équipe. C'est après une rencontre avec Djamel Boukir, le directeur général, que Booba accepte d'intégrer le projet qui, dans un premier temps, préfère se concentrer sur le management de footballeurs : 

"Mais je ne fais jamais du business que pour le business : je ne cultive pas des tomates. (...) L'idée, c'est d'accompagner tout au long de leur carrière des jeunes joueurs qui vont compter à l'avenir. On n'est pas juste là au moment du transfert du joueur, on le conseille dans toutes les dimensions de sa carrière, avec l'objectif de créer un business autour de lui, pour qu'il ne se retrouve pas fauché une fois qu'il en aura fini avec le foot. Ça va même au-delà de tout ça : on a lancé un partenariat au Mali, et si on arrive à sortir des jeunes de la galère via le sport, ce serait bien."

Publicité

STRIKER @mariekatoto92 #lifetimeplayers #hardworkersonly #backstronger #WeAreLifeTimePlayers

Une publication partagée par LifeTime Players (@lifetimeplayers) le

Publicité

Il s'agit donc de gérer les carrières de jeunes athlètes, grâce à "l’association entre des professionnels du management sportif et du management artistique", selon le site de l'agence. Si l'on en croit son compte Instagram, deux joueuses seraient notamment sous contrat avec Lifetime Players, Marie-Antoinette Katoto (PSG) et Hawa Cissoko (OM).

Mais quel est donc le rôle exact de Booba dans cette affaire ? Pour L'Équipe, toujours, il s'explique : 

"Je ne vais pas m'occuper des détections, de la même manière que pour ma marque de vêtements, je ne vais pas dans les usines pour voir les mecs tricoter... Je n'étais pas un passionné de foot, mais là je vais suivre nos joueurs de près. Et il m'est déjà arrivé d'avoir des discussions via FaceTime avec des jeunes joueurs pour les convaincre de nous rejoindre. C'est un moyen de leur montrer que le projet est sérieux, réel, qu'ils ne se disent pas : 'Booba, on le verra jamais.' Et puis il y en a qui sont fans et ça leur fait plaisir de me parler."

Publicité

Publicité

À long terme, l'agence souhaite donc, à l'image du label 92i, découvrir de nouvelles pépites et les faire percer, notamment grâce à des partenariats avec des académies basées en Afrique. Rendez-vous dans quelques années pour découvrir qui seront les Shay, Damso et Benash du football. 

Relire -> Booba, en crampons sur le Trône 

Par Lucie Bacon, publié le 18/12/2017

Copié

Pour vous :