Air Max, Tiempo, FIFA et Adele : l'interview "tout sauf foot" de M'Baye Niang

Présent à Paris lors de l'opération "Air Max Day" organisée par Nike, M'Baye Niang nous a accordé un entretien afin de nous parler de ce qu'il aime, loin du monde du ballon rond. 

"Ça fait plaisir de parler d'autres choses que du football, c'est rare." Apparemment, on ne s'est pas trompé. Arrivé en béquilles après un accident de la route survenu fin février, M'Baye Niang était à Paris à l'occasion du 29ème anniversaire des Air Max. Une opération organisée depuis 3 ans par la marque à la virgule sous le nom de "Air Max Day", qui nous a offert l'occasion de discuter quelques minutes avec l'attaquant du Milan AC. Chaussures, modes, sons et FIFA : entretien flash.

_DSC7457

Crédit : Jean Picon

Publicité

Tu te souviens de ta première paire de basket ?

Bien sûr, ça ne s'oublie pas. C’était une paire de requins : d’où je viens c’était la basket du moment. Si tu l’avais, t’étais le boss donc c’est la paire que je voulais plus que tout. Et je l'ai eue (rires). Je m'en souviens bien, c’était le jour de mon anniversaire, pour mes 11 ans.

La mode et plus particulièrement les baskets, c'est une drogue pour toi ?

Publicité

J’aime beaucoup la mode, mais je reste toujours dans des trucs simples. Je ne mets pas de couleurs extravagantes, j'aime bien rester sur du classique. Que ce soit pour les fringues ou pour les chaussures je reste sur des coloris basiques : blanc, noir, gris, bleu.

Si on va dans le dressing de M'Baye Niang, on trouve combien de paires de chaussures ?

Pfiou j'en ai tellement. J'ai même encore deux paires de requins (rires). J'ai aussi beaucoup de Air Max. En tout j'aurais du mal à te dire combien exactement, mais j'ai plus de 20, 25 paires.

Publicité

En parlant de Air Max, c'est quoi tes favorites ?

Ça a toujours été, et je pense que ça restera toujours la Air Max 90. C’est du classique, c’est simple, c’est confortable. Ça suffit à mon bonheur, j’ai toujours eu un faible pour cette chaussure.

_DSC7355

Crédit : Jean Picon

Publicité

"On exerce un métier qui fait que notre nom devient une marque" 

C'est quoi la paire de crampons la plus mythique à tes yeux ?

Il y a eu celle de Zizou en 1998, mais pour moi c’est surtout la Vapor de Ronaldo, celle en or. Je n'ai pas encore vu de plus beaux modèles de nos jours. J’en avais quand j’étais petit, mais aujourd’hui ils ne sont plus à ma taille c'est con (rires).

Tu te souviens de ta première paire de crampons ?

C’était des Nike Tiempo, à l’ancienne. J’ai saoulé mes parents pour qu’ils me les achètent. J’ai vraiment galéré mais ils ont fini par craquer. J’étais en plein kiff, je les ai mises pour sortir, je n’ai pas attendu le premier entrainement. Et du coup quand je suis arrivé au foot ils étaient déjà abimés. (rires).

Tu es encore jeune, mais on voit que tu es très branché mode. Ça te plairait de créer une marque de fringue après ta carrière ?

Oui pourquoi pas. Aujourd’hui on a un métier qui fait que notre nom devient une marque, donc si tu arrives à véhiculer une bonne image au fil de ta carrière et mettre en avant ta marque pourquoi pas.

T’écoutes quoi comme style de musique ?

J’écoute de tout, mais principalement du rap français et US. Bon, après il faut aussi que je t'avoue que j'écoute beaucoup d'Adèle, je suis fan.

En 2012, Booba sortait le son "AC Milan". Tu l'as déjà fait écouter au vestiaire du Milan ?

Ouais bien sûr. Balotelli et Boateng étaient contents parce que Booba parle d'eux dans le son. Le reste du vestiaire a chambré un peu en disant qu'il n'avait pas fait exprès mais globalement ils ont apprécié.

Si tu ne devais garder que 3 sons dans ton téléphone, ça serait quoi ?

Numéro 10 de Booba, Testament de Rohff et... Hello d’Adèle. Parce que sa musique m’a fait tomber amoureux (rires).

_DSC7257

Crédit : Jean Picon

T’en penses quoi de la mode du DAB chez les footballeurs ?

Je connaissais cette danse depuis longtemps, mais comme Pogba l’a fait je veux pas être un mouton et la faire comme tout le monde. Quand je marque j’ai toujours eu l’habitude de célébrer mes buts d’une façon de rage.

T’as jamais pensé à faire un petit pas de danse pour célébrer un but, façon Ronnie ?

Non je préfère célébrer avec mes coéquipiers et partager ma joie avec le public…

… c’est ça où tu sais juste pas très bien danser ?

C’est faux, je suis un super danseur, je danse beaucoup dans le vestiare. Et les femmes je les fais tomber avec mon déhanché (rires).

Dans la vie de tous les jours, les footballeurs sont souvent accros à FIFA. C'est qui le meilleur au Milan honnêtement ? 

Avant, c'était Adil Rami. Mais maintenant qu'il est parti... je peux dire sans pression que c'est moi. À force de jouer contre moi, Ménez a progressé, il arrive même à me battre mais bon, c'est comme Ajaccio qui tape le PSG : ça n'arrive qu'une fois. Parlons aussi de Mexes : il joue tout le temps. Mais il ne progresse jamais, c'est terrible (rires).

Dernière question : lors de ton passage à J+1, Stéphane Guy t'a offert une Ferrari miniature (NDLR : en guise de vanne par rapport à un accident qu'il a eu avec sa voiture). Du coup t'as commencé une collection ?

En fait, j'en ai pété une deuxième depuis, donc il faudrait qu’il m'en achète une autre, une R8 exactement (rires). Je crois que je vais commencer la collection d’avions maintenant, ça sera plus sûr.

Par Julien Choquet, publié le 24/03/2016

Copié

Pour vous :