Un supporter uruguayen du Nacional fait 22 jours de stop pour voir son équipe jouer contre Fluminense

Quelle vie. 

Il est parti avec 100 dollars en poche, a passé 22 jours sur les routes de l'Uruguay et du Brésil, a rencontré un gang de voleurs mais est bien arrivé sain et sauf à Rio de Janeiro, pour voir son équipe affronter Fluminense, ce jeudi, en quart de finale de la Copa Sudamericana (1-1). 

Richard Fernández, 34 ans, a raconté son histoire au média local Ovación. Le 2 octobre, alors que son équipe, le Club Nacional affronte 23 jours plus tard Fluminense, il prend la route avec un gros sac à dos et quelques billets. Il commence alors à monter à bord principalement de camions qui lui permettent de parcourir les 2 400 km qui séparent Montevideo et Rio. Il a expliqué son périple à Ovación

"Beaucoup de routiers m'ont fait monter, ils se sont très bien comportés avec moi. Pour manger tous les jours, j'ai commencé à laver le pare-brise des camions et des Colombiens m'ont appris à jongler. Heureusement, je n'ai jamais manqué de nourriture et bien souvent, les chauffeurs eux-mêmes m'ont offert une assiette de nourriture." 

Mais tout s'est compliqué pour lui dans les derniers kilomètres de son périple : 

"À la fin, un chauffeur de camion m'a fait monter, mais après quelques kilomètres, ils nous ont tendu une embuscade, nous ont arrêtés sur la route et nous ont emmenés dans une favela. De temps en temps, ils disaient 'du calme, l'Uruguayen. Avec vous tout ira bien'. En 15 minutes, ils ont vidé le camion qui transportait des sièges de voitures. En attendant, ils m'ont assis à une table avec de la marijuana, de la cocaïne et de la bière et m'ont dit de prendre tout ce que je voulais. Je voulais partir. Je n'avais jamais vu un garçon de 11 ou 12 ans avec une arme à feu et il me pointait avec. (...)  Je pensais qu'ils allaient nous tuer. Mais quand ils sont descendus du camion, ils nous ont dit qu'un kilomètre plus loin, nous allions trouver la police, et ça s'est fini comme ça. Ils m'ont pris les 60 dollars qu'il me restait." 

Finalement, les routiers l'ont dépanné pour qu'il arrive jusqu'au centre-ville de Rio en bus, là où eux ne pouvaient pas accéder. Là, l'entraîneur des gardiens du Nacional et un coach adjoint l'ont reconnu, et ont rapporté l'histoire au coach de l'équipe, Alexander Medina, qui lui a offert un billet pour le match. Et quel match : alors qu'ils perdaient 1-0, les joueurs du Nacional ont égalisé... à la 88e grâce à Zunino. Un beau pas de fait vers les demi-finales de la compétition sud-américaine, que Richard Fernández va suivre jusqu'au bout. 

Que des N'Golo Kanté dans ma team.