En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Dans une exposition au musée des Verts, revivez l'histoire des derbies en attendant ASSE-OL

Parce que la rivalité entre l'AS Saint-Étienne et l'Olympique Lyonnais est probablement la plus légendaire de France, l'ASSE a décidé de rendre hommage à ce choc si particulier. Ainsi, l'occasion sera parfaite, avant le derby prévu dimanche soir, de replonger dans une histoire qui s'étend sur plus de 65 ans.

Depuis le 12 octobre, le musée des Verts, situé dans Geoffroy-Guichard, consacre ses salles aux 114 derbies qui ont rythmé l'Hexagone depuis leur première opposition, quand l'OL s'était imposé 4-2 le 28 octobre 1951. Par le biais de documents, anecdotes ou pièces inédites, Histoire de derbys revient, à travers sa galerie consacrée aux expositions temporaires, sur cette rencontre pas comme les autres. Au total, plus de 600 joueurs et 42 entraîneurs ont marqué le championnat français par cette rivalité. Mais le club n'oublie certainement pas de rappeler qui a le bilan le plus honorable de l'opposition, grâce à ce panneau explicite...

 (© ASSE)

 (© ASSE)

Mais l'exposition ne s'arrête pas au seul choc rhônalpin, et porte son intérêt sur le "derby" au sens plus large. Quelle est l'origine de ce terme ? Quelles rivalités sont comparables à celle-ci en France, mais aussi dans le monde ? Ouverte jusqu'à l'été prochain, l'expo entend offrir un panorama complet de la notion de derby et ce n'est pas un hasard si Saint-Étienne a été, en décembre 2013, le premier club de football français à ouvrir un musée.

Histoire de derbys | Du 12 octobre jusqu'à cet été | Tarifs entrée Musée :
7 € (adultes), 5 € (étudiants, - 18 ans, porteurs de la Carte ASSE, personnes
à mobilité réduite, + de 60 ans, demandeur d’emploi, CE, groupes), 4
€ (scolaires, clubs de foot), gratuit pour les enfants de - 4 ans.
 
Billeterie disponible ici.

 (© ASSE)

Mes doigts se baladent sur le clavier comme un ballon dans les pieds de Bouna Sarr.