En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le président du Pérou décrètera un jour férié au pays en cas de qualification de l'équipe nationale pour le Mondial

Après le Panama, qualifié pour la Coupe du Monde le mois dernier après une folle victoire face au Costa Rica, c'est au tour du Pérou de promettre une journée fériée si la sélection s'assure un billet pour la Russie.

Opposés à la Nouvelle-Zélande dans la nuit de mercredi à jeudi, les hommes de Ricardo Gareca sont toujours en course pour le Mondial, après leur match nul 0-0 au match aller. Et en cas de qualification, le ministère du Travail péruvien a annoncé sur Twitter qu'un jour férié serait déclaré le lendemain du match : 

"Ce mercredi 15 novembre de 2017, notre sélection péruvienne de football jouera sa qualification pour le Mondial russe de 2018, réussite historique qui générerait une union nationale, puisque nous n'avons pas participé à un évènement de cette ampleur depuis plus de 35 ans.

Si cet objectif est atteint, il sera nécessaire d'adopter les mesures qui facilitent la célébration naturelle de cette qualification, dans un souci d'ordre et de sécurité. Par conséquent, obtenir la qualification au Mondial entraînera un jour non ouvrable dans le pays le jeudi 16 novembre de 2017 (soumis à une compensation), de manière obligatoire pour le secteur public, et d'une manière optionnelle pour le secteur privé."

Et ce n'est pas la première fois que les pouvoirs politiques péruviens agissent en faveur de leur équipe nationale. Avant la rencontre face à la Colombie le mois dernier, le président Kuczynski avait décrété un demi-jour férié pour que les habitants puissent soutenir leur équipe.

Aujourd'hui, notre sélection joue et nous voulons tous encourager nos hommes. Je décrète un demi-jour férié pour crier tous ensemble "Allez le Pérou" !

La beauté du sport. 

Mes doigts se baladent sur le clavier comme un ballon dans les pieds de Bouna Sarr.