L'histoire de Katayoun Khosrowyar, l'entraîneure qui veut révolutionner le football féminin en Iran

En Iran, la révolution du football féminin est en marche.

À sa tête, Katayoun Khosrowyar, tout juste 30 ans, en charge de l'équipe nationale féminine des U19. Depuis sa prise de fonction, elle a tout chamboulé pour faire rentrer son équipe dans la modernité. Cela passe par la détection des joueuses, l'entraînement et même la diététique. Et les résultats semblent suivre, puisque son équipe vient de se qualifier pour la dernière phase du championnat féminin U19 de l'AFC.

Mais l'autre grande victoire de Katayoun Khosrowyar, c'est d'avoir fait changer les mentalités sur la pratique du foot féminin dans son pays. Elle et ses joueuses ont été parmi les premières femmes à assister à une rencontre de l'équipe nationale masculine. Mieux, elle bénéficie aujourd'hui du "soutien total de sa fédération", peut-on lire dans un article qui lui est dédié sur le site de la FIFA.

Pourtant, il y a quelques années de cela, elle était à mille lieues de s'imaginer entraîneure en Iran. Née aux États-Unis, elle était prédestinée à poursuivre une carrière à l'université avant d'éventuellement intégrer l'équipe nationale féminine américaine, son rêve à l'époque. Mais tout va changer lors d'un voyage en famille en Iran alors qu'elle est âgée de 17 ans.

Sur place, ses talents de footballeuse ne laissent pas indifférents. À la veille de son retour aux USA, on lui propose d'intégrer l'équipe nationale. Une proposition qu'elle s'empresse d'accepter : "Quand quelqu'un te demande 'veux-tu faire partie d'une équipe nationale ?' alors que tu n'as que 17 ans, tu dis oui !", raconte-t-elle.

Voir cette publication sur Instagram

“Pep talk” #womeninfootball #lovemyjob #thefuture

Une publication partagée par Kat Khosrowyar (@kat.khosro) le

Mais après quelques années, lassée par le niveau qui n'évolue pas, la jeune femme décide de raccrocher les crampons, avec toutefois une petite idée derrière la tête : "J'ai décidé de me concentrer sur l'avenir. C'est là que je devais mettre toute mon énergie." Et l'avenir lui a donné raison.

Relire -> Une pionnière de l'arbitrage en Iran va diriger la finale féminine d'un tournoi mondial de futsal

It's all in the game